Dossier /

Billy the Kid

Légende du Far West américain, William Henry McCarty, plus connu sous le nom de Billy The Kid, fut un hors-la-loi des plus notoires. Juvénile, d’où son surnom du «Kid», et attachant, celui qui se vantait d’avoir tué 21 hommes est devenu une figure quasi héroïque post-mortem. Retour sur un personnage qui a fait couler beaucoup d’encre.

William Henry McCarty naît le 23 novembre 1859 à New York. La Guerre de Sécession, qui débute en 1861, voit le père d’Henry mourir au combat. Les vicissitudes qui suivent le décès du patriarche poussent la famille McCarthy (Catherine, la mère, Henry et son frère Joseph) à s’expatrier d’abord dans le Comté de Marion (Indiana), puis en 1869, à Wichita (Texas). Là, Catherine y fait la connaissance de celui qui deviendra son second mari: William H. Antrim. En 1873, la toute nouvelle famille recomposée s’installe au Nouveau-Mexique, à Santa Fé plus précisément. 

Catherine, la mère de Billy The Kid

Catherine décèdera l’année suivante, laissant ses 2 fils sous la garde de leur désormais beau-père. Ce dernier, très peu porté sur la paternité, décide de placer les jeunes Henry et Joseph, orphelins, dans 2 familles différentes, afin qu’ils y réalisent de menus travaux.

À peine un an plus tard, en septembre 1875, le jeune Henry alors âgé de 16 ans, commet son premier méfait: il vole de la nourriture. Emprisonné, il réussit toutefois à s’évader et prend la fuite en Arizona, se renommant par la même occasion Kid Antrim, du nom de son beau-père.

Ce sera le début de la courte mais néanmoins intense carrière de malfaiteur de celui que l’on nommera plus tard, Billy The Kid.
 

Une carrière précoce

C’est par le biais de menus larcins que le jeune William Henry McCarthy se fait connaître dans le domaine du banditisme. Il prend toutefois garde à brouiller les pistes en usant de plusieurs pseudonymes. William Harrison Bonney, Henry Antrim, Kid Antrim, William Antrim, seront ainsi quelques-unes de ses appellations.

Ce sera le 18 août 1877 qui marquera un tournant dans la vie du futur Billy The Kid.

Le jeune Billy à l'aube de l'âge adulte

Henry se rend à Fort Grant et s’arrête au saloon local, probablement dans l’idée de parier et de se faire un peu d’argent. À peine s’était-il assis à une table de jeu, qu’Henry commence à se disputer avec un forgeron du coin, répondant au nom de Franck P. Cahill. Ce dernier, connu pour être un tyran, notamment auprès du Kid, qu’il a déjà humilié quelques temps auparavant à Fort Grant, s’en prend de nouveau à ce dernier en le traitant de proxénète.

Fort Grant

Les deux hommes en viennent bien vite aux mains. Mais le combat, déséquilibré au vu de leur différence de stature, tourne au désavantage d’Henry, qui, dans un élan d’instinct de survie, parvient à récupérer son pistolet et tire en légitime défense.

Affolé par son geste, Billy The Kid s’enfuit en courant du saloon avant d’enfourcher un cheval. Il sera arrêté pour meurtre le lendemain, Cahill étant décédé des suites de ses blessures, mais parviendra à s’échapper.

À l’âge de 17 ans, Billy The Kid vient de tuer un homme. Le premier d’une longue lignée.
 

Une rentrée dans les rangs?

Après cette mésaventure qui signe le début de sa carrière de tueur, Henry revient dans le Nouveau Mexique, dans le comté de Lincoln plus précisément, non sans avoir encore une fois changé d’identité. Il répond désormais au nom de William H. Bonney.

L.G Murphy

Henry se fait embaucher par L.G Murphy, un propriétaire de ranch associé avec un certain James Dolan. Ces deux hommes détiennent le monopole du bétail et du commerce dans le comté, profitant de cette absence concurrentielle pour enfler les prix. L’entreprise, plus connue sous le nom de «The House», se fait vite détester par les fermiers du coin.

C’est sur cette vague contestataire, qu’Alexander McSween (un avocat du comté de Lincoln) et John Tunstall (un anglais assez riche), décident de créer, en 1876, une entreprise concurrente: J. H. Tunstall & Co.

Un beau jour, alors qu’Henry transporte du bétail chez Tunstall & Co, il fait la connaissance dudit John Tunstall (photo). Une grande amitié naît quasi instantanément entre les deux hommes. Et il faudra peu de temps pour que Henry parte de chez Murphy-Dolan pour Tunstall & Co.

Le Kid voit en Tunstall la figure paternelle qu’il n’a jamais eue, mettant l’homme sur un piédestal, tant pour ses valeurs morales que pour son professionnalisme.

Mais la guerre du marché qui fait rage entre les deux maisons aura raison de la vie de Tunstall, ce dernier se faisant prendre en embuscade, le 18 février 1878, par 4 hommes armés répondant aux ordres de Murphy et Dolan.

C’est cet événement qui déclenchera ce que l’histoire retiendra comme étant La Guerre du Comté de Lincoln.
 

La guerre du Comté de Lincoln

Pour contrer le manque d’efficacité et d’action du shérif Braddy, Alexander McSween, l’associé du défunt, décide de prendre en main la recherche des meurtriers de Tunstall, en regroupant plusieurs hommes de main, sous le nom de Regulators. Ces derniers, composés d’une dizaine d’hommes dont Billy the Kid, auront comme seul dessein de venger la mort de leur patron bien-aimé.

Alexander McSween

Le 6 Mars 1878, Billy et les Regulators capturent 2 des meurtriers de Tunstall et les exécutent 3 jours après, en même temps qu’un des leurs, coupable de trahison. Le 1er avril, c’est au tour du Shérif Braddy et de son adjoint de faire les frais de la vengeance des Regulators.

Le point culminant de cette guerre des clans sera atteint au mois de juillet 1878, lorsque le nouveau Shérif George «Dad» Peppin, prend le poste laissé vacant par la mort de Braddy. Peppin, connu pour être à la solde de Murphy et Dolan, met toute son énergie à chasser le Kid, qu’il considère comme étant le leader du clan des Regulators.

Le 15 juillet, Billy et 14 de ses compagnons se rendent au manoir d’Alexander McSween. Immédiatement, Peppin et ses hommes (40 tireurs chevronnés de la région), encerclent l’habitation de McSween, et commencent à ouvrir le feu sur le clan des Regulators.

Gravure représentant les Regulators

Le siège du manoir McSween durera 5 jours, jusqu’à ce qu’une troupe de l’Infanterie américaine vienne grossir les rangs du Shérif Peppin.

Le Kid et ses acolytes, ne pouvant résister plus longtemps face aux assauts du clan adverse, s’enfuient, alors que le propriétaire des lieux, Alexander McSween, refusant de quitter sa maison, se fait tuer devant chez lui.
 

Un hors-la-loi recherché

La Guerre du Comté de Lincoln, bien que très localisée, est parvenue à gagner l’attention de l’opinion publique nationale. Le Gouverneur de l’État du Nouveau Mexique est remplacé par Lew Wallace, sur ordre du Président américain de l’époque: Rutherford B. Hayes.

Lew Wallace (photo), déterminé à en finir avec cette guerre quasi fratricide, se rend compte que la meilleure des solutions reste celle de gracier tous les participants afin de ramener la paix dans le comté.

Réussissant ainsi à obtenir sa rédemption, Billy The Kid se rend aux autorités dans l’attente de son procès. Mais lorsqu’il apprend que le procureur général veut défier les ordres de Wallace et souhaite le garder en rétention, Billy s’évade de prison.

Il se réfugie quelques temps à Fort Sumner, mais s’en éloigne illico après avoir tué Joe Grant, un chasseur de primes un peu trop attiré par la récompense qui plane sur la tête du Kid.

Toujours en contact avec les Regulators, Billy reviendra dans le comté de Lincoln lorsque Pat Garrett y sera nommé Shérif. D’aucuns disent que ce dernier et Billy The Kid étaient de vieux amis, d’autres nient cet aspect. Toujours est-il que Garrett se mettra en chasse des derniers Regulators non jugés, dont Billy.

Pat Garett

Le 21 décembre 1880, Garrett et ses hommes parviennent à encercler les Regulators. Parmi ces derniers, certains tomberont. D’autres, comme Billy, seront mis derrière les verrous à Santa Fé. Enfermé, Billy écrira une lettre au Gouverneur Wallace, lui rappelant sa promesse de grâce.

Lettre de Billy au gouverneur Wallace

Wallace ne lui répondra pas, avançant la raison que le Kid ne s’était pas, comme promis, présenté à son procès, et que donc, il ne pouvait bénéficier d’une grâce.

Le juge en charge du procès de Billy The Kid le déclare coupable et prononce la sentence de mort à son égard. Rapatrié dans le comté de Lincoln, Billy sera enfermé dans une cellule. Profitant du relâchement d’un gardien qui le surveillait, le Kid parvient à s’évader, ôtant la vie d’un des gardes.

Lorsque le Shérif Garrett apprend l’évasion de Billy, il fait le vœu de retrouver le bandit mort ou vif, et passera les 3 mois suivants à le poursuivre dans tout le Nouveau Mexique.  

Le 14 juillet 1881, Garrett et ses hommes se retrouvent devant le Ranch des Maxwell, une famille de propriétaires de bétail pour laquelle le Shérif lui-même avait travaillé. Comble de malchance pour Billy, ce dernier s’y trouve aussi, connaissant bien les Maxwell, notamment une des jeunes filles qui y travaille.

Gravure représentant la mort de Billy

Rentrant dans la maison, Garrett se rend dans la chambre de Maxwell de toute évidence pour demander au propriétaire s’il n’a pas vu Billy. Le jeune homme, qui vient à peine de rentrer dans la demeure, entend des bruits de chevaux inconnus, et se décide à demander au maître des lieux qui est venu leur rendre visite. Il se rend donc dans la chambre de Maxwell , et y est accueilli par…le Shérif Garrett en personne. Ce dernier, ne laissant aucune chance au jeune homme, tire 2 fois, et tue Billy sur place.

Billy The Kid, 21 ans, 21 victimes à son actif, vient de mourir sous les balles du Shérif local. Il sera enterré dans le cimetière militaire de Fort Sumner .

Tombe de Billy The Kid
 

La légende de Billy The Kid

L’histoire de Billy The Kid est entrée dans la légende commune. Nombres de journalistes, d’écrivains, ou encore de cinéastes ont repris à leur compte la vie de Billy The kid, et en ont fait une légende post-mortem.

Le premier de tous à écrire sur Billy The Kid fut le Shérif Pat Garrett, par la main de qui mourut le jeune homme. Offensé par la rumeur insistante qui l’accusait de ne pas avoir été très fair-play lorsqu’il avait tiré sur le Kid, le Shérif dans une perspective de légitimation de ses actes, écrira le populaire livre The Authentic Life of Billy The Kid, faisant par là-même entrer son rival dans la légende. Ce récit, donnera lieu à une fiction populaire magnifique, destinée à devenir un des plus grands mythes de l’Ouest américain.

Mais en 1949, la légende de Billy The Kid refait surface d’une façon des plus incongrues qu’il soit. En effet, un certain Brushy Bill Roberts crie haut et fort qu’il serait le fameux Billy The Kid, arguant que le Shérif Garrett aurait tiré sur un inconnu. Même si la revendication de Roberts a été décriée, tant par les historiens que par les juges eux-mêmes, son argumentation n’était pas dépourvue de preuves étayant sa version des faits. 

Brushy Bill Roberts      

Le décès du jeune hors-la-loi reste aujourd’hui l’une des plus grandes controverses historiques américaines.  A-t-il été tué par le Shérif Pat Garrett au cours de la nuit du 14 au 15 juillet 1881? Ou a-t-il plutôt succombé à une crise cardiaque le 27 décembre 1950 à l’âge de 90 ans?

Toujours est-il que ce dernier rebondissement dans l’affaire de Billy The Kid n’a fait que perpétuer la légende du jeune homme, héros malgré lui du Far-West Américain

Hollywood s’emparera de son histoire, en 1930 d’abord, avec le film éponyme Billy The Kid, de King Vidor, puis de nombreuses autres réalisations se succèderont, chacune jouant sur une partie de la vie du jeune hors-la-loi.

Affiche du film Billy The Kid

La bande-dessinée lui rendra également hommage, le mettant en scène aux côtés de Lucky Luke, en lui octroyant une place de choix dans chaque histoire, même si son personnage a été quelque peu réduit à un enfant capricieux. Son rôle sera tenu par Michael Youn dans le film Lucky Luke, du français James Huth, réalisé en 2009.

Billy The Kid tel que dessiné par Morris et Gosciny

Véritable valeur mercantile, Billy The Kid verra même des musées inaugurés en son nom, tant l’Amérique sera friande de son histoire. Le tourisme autour de Billy the Kid est d’ailleurs en pleine croissance dans l'État du Nouveau-Mexique, comme en témoigne Le Billy the Kid Scenic Byway, une boucle routière entre les différentes villes dans lesquelles a vécu le Kid.

La légende du Far West Américain n’est donc pas prête de s’éteindre.
 

Bibliographie et Filmographie

Bibliographie:

The Authentic Life of Billy the Kid. 
Patrick Floyd Jarvis Garrett
Éd. New Mexican, 1882, Santa Fé

Pas Billy The Kid
Julien D’Abrigeon
Éditions Broché, 2005

Billy The Kid: Œuvres complètes
Michaël Ondaatje
Éditions de Poche, 2007

En bande-dessinée, il apparaît dans plusieurs albums de Lucky Luke, de Morris et René Goscinny.

 

Filmographie:

Billy The Kid
King Vidor, 1930

The Outlaw  
Howard Hugues, 1941

Le Gaucher (The Left Handed Gun) 
Arthur Penn, 1958

Pat Garrett et Billy The Kid
Sam Peckinpah, 1973

Young Guns
Christopher Cain, 1988

Requiem for Billy The Kid
Anne Feinsilber, 2006

Lucky Luke
James Huth, 2009
 


Étiquettes: Billy the Kid   William Henry McCarty   Pat Garrett   Ennemis publics n°1   Dossiers