Dossier /

Anthony Blunt

L'Affaire Anthony Blunt éclate officiellement en novembre 1979, quand Margaret Thatcher déclare à la Chambre des Communes que Sir Anthony Blunt, l'un des plus grands historiens de l'art de son temps anobli par la reine, a servi l'Union soviétique. Anthony Blunt est un ancien espion qui a trahi son pays. Cette révélation a l'effet d'une bombe, les journaux de l'époque s'emparent de l'affaire.

L'historien de l'art Anthony Blunt est décédé à Londres le 26 mars 1983. Reconnu par ses pairs, ce grand savant devient la proie d'un scandale retentissant lorsque, le 15 novembre 1979, le Premier ministre anglais, Margaret Thatcher, révèle à la Chambre des Communes son engagement dans un réseau d'espionnage au service de l'Union soviétique, de 1940 à 1954, alors même qu'il travaillait pour le MI-5, l'organisation de contre-espionnage britannique.

Anthony Blunt

Cette affaire prit une tournure nettement politique lorsqu'il fut établi que l'espion était passé aux aveux en 1964, mais bénéficiait d'une complète impunité. Elle a gravement altéré l'image d'un homme dont on ne saurait cependant oublier les contributions nombreuses et souvent capitales à l'histoire de l'art, en particulier dans le domaine de l'art français du XVIIe siècle. 

 

L'amour de l'art avant tout?

Sa notoriété était celle d'un grand, mais controversé, historien de l'art.

Anthony Blunt, proche de la famille royale, était avant tout un passionné d'art, ce qui lui valut dans les années soixante d’âpres querelles intellectuelles, notamment sur l’identification, la datation et la signification de l’œuvre de Nicolas Poussin. Grâce à lui, l'oeuvre du peintre avait été ramenée à la lumière.
Brillant et respecté, Anthony Blunt obtint, après la Guerre, le poste de directeur de l'Institut Courtauld (Courtauld Institut of Arts ), organisation affiliée à l'Université de Londres spécialisée dans l'étude de l'histoire de l'art où sont aussi exposées plusieurs toiles célèbres. Blunt développera l'Institut pour en faire un centre de recherche envié.

 Après la Seconde Guerre mondiale, Anthony Blunt devient inspecteur des tableaux de la collection royale, ce qui lui valut d'être anobli par la reine Élisabeth II en 1956 et d'accéder ainsi au grade de Chevalier de l'Empire britannique. Ainsi,  ses amis lui donnent du «sir Anthony», réservant à John Gaskin, son amant, majordome, cuisinier et chauffeur, le sobriquet de "lady John". 

C'est en 1960 que l'oeuvre de Poussin fut redécouverte par le public, lors de l'exposition dédiée au peintre et dont Anthony Blunt fut le commissaire général. Son travail fut reconnu et fit de lui le premier spécialiste des oeuvres de Poussin.

En 1965, il devient finalement titulaire de la chaire Slade à l'université de Cambridge destinée à l'enseignement des beaux-arts, succédant ainsi à John-Pope Hennessy.

Anthony Blunt reste à ce jour le meilleur expert mondial des oeuvres de Poussin, auquel il a consacré d'innombrables ouvrages. Également spécialiste de la Renaissance, du classique et du Baroque, il a publié plusieurs ouvrages de référence sur la peinture et l'architecture.

 

L'espion démasqué, un secret bien gardé

En 1963, commence l'épisode le plus singulier de ses doubles vies: il est démasqué comme étant le quatrième homme des ''Cinq de Cambridge'' (ou Cambridge Apostles), un groupe d'étudiants proche de la gauche britannique vouant une aversion féroce pour le nazisme et le fascisme.  Le marxisme fait irruption à Cambridge, le parti communiste étant, selon eux, la seule force qu'ils jugent suffisamment puissante pour mettre un terme aux dictatures qui se propagent en Europe... Ces jeunes idéalistes se mirent ainsi au service des renseignements soviétiques au cours des années 30.

Blunt effectua en effet une visite en Union soviétique en 1933 et fut recruté l'année suivante par le NKVD (ancien KGB). Il s'engagea 6 ans plus tard dans l'armée britannique pour entrer au MI5, le service de renseignements généraux du Royaume-Uni.

Les 5 de Cambridge, les cinq magnifiques: 5 hommes flamboyants, intelligents, cultivés... Jamais de tels espions n'avaient infiltré les plus hautes instances du pays, des espion pas ordinaires qui ont trahi par idéal et qui n'ont jamais accepté la moindre rémunération de la part des soviétiques.

Alors qu'il est démasqué, Anthony Blunt passe rapidement aux aveux en échange de l'immunité totale et du secret gardé. Ainsi, Sir Anthony pourra donc continuer d'afficher son élégante silhouette dans  le monde des Arts pendant plus de 15 ans.

 

La vérité éclate au grand jour

Londres. Novembre 1979. Margaret Thatcher, alors premier ministre, juge bon de tout dévoiler. Seule madame Thatcher, d'ailleurs, pouvait à ce point détester tout ce que représentait Anthony Blunt:''un privilégié, donc trop gâté, un érudit, donc élitiste et snob, un homosexuel, donc prédateur et adepte du secret''.

La nouvelle fait l'effet d'une bombe: Blunt est un ancien espion à la solde des soviétiques. La trahison dévaste la communauté du renseignement britannique, y jetant le doute et le discrédit. L'historien devient alors très vite la cible idéale dans une Angleterre qui vient de basculer dans le ''thatchérisme''. Les accusations pleuvent sur celui qui incarne, aux yeux des conservateurs, la figure de l'intellectuel de gauche n’ayant, de surcroît, jamais dissimulé son homosexualité à une époque où celle-ci était encore considérée comme une faute pouvant être lourdement sanctionnée...  Il faudra attendre 1982 pour que l'homosexualité ne soit plus considérée comme une infraction pénale.

Blunt, humilié, avoue regretter sa trahison lors d'une unique conférence de presse, sans épiloguer pour autant sur les raisons de cet engagement.

La révélation de ce ''secret'' brisa sa carrière et du même coup, sa vie. Une vie plurielle faite de secrets et de tourments, où cohabitent la Guerre Froide et l'espionnage, l'amour de l'art et les contradictions autour de l'establishment britannique.

 

Anthony Blunt en quelques dates

  • 26 septembre 1907: Naissance d'Anthony Blunt à Bournemouth (Sud de l'Angleterre )
  • 1933: Visite en Union Soviétique.
  • 1934: Il est recruté par le NKVD.
  • 1939: Il entre au MI5, l'organisation de contre-espionnage britannique.
  • 1945: Nommé conservateur des collections  royales,
  • 1956: Il est anobli par la reine Élisabeth II.
  • 1960: Son travail sur l'oeuvre de Poussin est reconnu lors de l'exposition dédiée au peintre, dont il est le commissaire général.
  • 1963: Son passé d'espion est officieusement découvert. Blunt marchande son immunité ainsi que le secret gardé sur cette affaire.
  • 1965: Il devient titulaire de la chaire Slade à l'université de Cambridge.
  • 1979: Margareth Thatcher, premier ministre de l'époque, révèle le scandale et le passé d'espion de l'historien de l'art.
  • 1983: Anthony Blunt décède à l'âge de 76 ans.

Bibliographie et filmographie

Bibliographie

  • Gentleman espion: les doubles vies d'Anthony Blunt de Miranda Carter, Éditions Payot, 2006
  • Conspiracy of Silence: The Secret Life of Anthony Blunt de Barrie Penrose et Simon Freeman, Vintage Books, réédition 1988 – En anglais
  • Single Spies and Talking Heads: Two Plays About Guy Burgess and Anthony Blunt de Alan Bennett, Summit Books, 1990 – En anglais

 

Filmographie

  • Cambridge Spies réalisé par Tim Fywell
    Avec Toby Stephens, Tom Hollander, Ruppert Penry-Jones, Samuel West...
    Film en 4 épisodes
    Durée: 60 mn par épisode
    Sortie en juin 2003
  • Blunt, The Fourth Man réalisé par John Glenister, 1986
    Avec Ian Richardson, Anthony Hopkins
    Durée: 86 mn
    Sortie DVD en janvier 2000

Étiquettes: Dossier   Espionnage   Anthony Blunt