Frank Costello

Frank Costello est l’une des figures les plus marquantes de la mafia américaine des années 30. Surnommé le Premier Ministre de la Cosa Nostra en raison de ces qualités diplomatiques, il développa une politique pacifiste et en profita pour enrichir la famille durant tout son règne. Successeur de Lucky Luciano et remplacé par Vito Genovese, son charisme inspira autant de respect que de jalousie. Il fut d’ailleurs la principale source d’inspiration du film le Parrain. Négociateur sans pareil, son alliance avec les autorités lui évita nombre de condamnations, et lui permit d’étendre les activités de la Cosa Nostra bien au-delà du territoire new-yorkais.

Frank Costello s’impose dans la sphère de la criminalité grâce à sa qualité de diplomate. Dans les années 20, à Tammany Hall, il s’assure le soutien de l’organisation du parti démocrate à New York. Officiers de police, juges et politiciens sont rapidement acquis à la cause du monde du dessous (l’«underworld»), ce qui permet à la famille d’installer différents business, tels que le trafic d’alcool («bootlegging») ou les machines à sous. 

En 1931, suite à la guerre des Castellamarese qui opposa la famille Masseria aux autres familles influentes de New York, Frank Costello, alors Conseiller de la nouvelle famille Luciano devient membre de la Commission, le plus grand conseil de la mafia américaine. Il a dès lors un statut officiel et, en 1934, tandis que Fiorello LaGuardia, le nouveau maire de New York organise une véritable croisade contre les membres de la mafia et leurs «bandits manchots» (les machines à sous), Costello négocie la protection de la famille avec un sénateur de Lousiane, Huey Pierce Long. En contre partie d’une couverture efficace, Frank Costello offre de financer les établissements du sénateur par l’installation de machines à sous sur tout le territoire de la Louisiane. Lorsque Lucky Luciano est arrêté et incarcéré à Dannemora en 1936, Costello prend finalement le commandement exécutif du clan, soit une armée de 500 soldats.

 

Les années fructueuses de la Cosa Nostra

Durant son règne, les affaires de la mafia sont plus que prospères. Frank Costello remplit sa tâche de leader en assurant un climat de paix, offrant donc à la famille les conditions idéales pour développer ses profits. Les branches d’activités de la mafia s’élargissent, tant au niveau géographique que dans la diversité des rackets qu’elle pratique. Bugsy Siegel, ami proche de Luciano est installé comme chef local à Los Angeles où il organise des courses illégales.

Au même moment, Meyer Lansky se voit confier la Floride.

Entre 1936 et le début des années 50, des casinos voient le jour en Amérique, de la Nouvelle Orléans avec Carlos Marcello à Vegas, mais aussi à Cuba. Les affaires sont plus ou moins bien menées, et certains comme Bugsy Siegel paieront de leur vie la mauvaise gestion de leur casino. La mafia infiltre également le monde des paris à travers une entreprise de bookmaking gérée par Frank Erikson.

Franck Costello

Enfin Costello investit dans l’immobilier à Wall Street. Toujours soucieux d’assurer ses arrières, il conclut une alliance avec Willie Moretti, caïd du New Jersey, et, après l'assassinat de ce dernier en 1951, avec Albert Anastasia, chef de la future famille Gambino la même année.

Frank Costello est un chef apprécié, ni trop dur ni trop laxiste, il ne prélève pas de taxes exorbitantes aux différents échelons de la hiérarchie mafieuse, et redistribue régulièrement les bénéfices que génèrent les diverses activités de la famille. Fervent partisan du profit économique, il s’opposera néanmoins toujours au trafic de drogue, soutenant à qui voulait l’entendre que la famille Luciano n’avait aucun besoin de stupéfiants pour s’enrichir.

 

1950, les auditions de la commission Kefauver

Le sénateur du Tennessee Estes Kefauver met en place en 1950 une commission chargée d’enquêter sur les grands groupes de criminalité organisée aux Etats-Unis. Frank Costello est interrogé entre 600 autres criminels de tous horizons. La grande nouveauté de ces auditions est qu’elles sont retransmises à la télévision. L’Amérique suit donc avec attention l’avancée des interrogatoires, et Costello déjà reconnu et respecté par beaucoup, devient vite le gangster n°1.

A tel point qu’en se rappelant son influence sur le parti démocrate local, on dit qu’à New York personne ne peut être fait juge sans son consentement. Il accepte le principe des auditions et refuse le 5èmeamendement comme l’ont fait les autres membres de la mafia. Fébriles, les caméras n’ont pas le droit de filmer son visage, seulement ses mains.

Costello

Fidèle à la loi de l’omerta (silence), Costello se tait sur nombre de questions, en détourne pas mal. Il s’en sort bien jusqu’à ce que son bras droit Willie Moretti soit assassiné sur ordre de la commission. Déstabilisé, il sera encore plus affaibli par sa condamnation à 18 mois de prison. Il n’en fera que 14 mais sera rapidement accusé d’évasion fiscale, et à nouveau condamné à 5 ans. Après avoir fait appel plusieurs fois, il sera finalement libéré en 1957.

 

Un ami jaloux: Vito Genovese​​​​​​​

Frank Costello et Vito Genovese se connaissent depuis qu’ils ont tout juste 25 ans. Dès qu’ils se rencontrent,  ils organisent avec quelques autres tels que Bugsy et Lansky toute sorte de trafics, de vols, d’extorsions de fonds…Durant la prohibition, ils développent leur propre trafic d’alcool. Leur succès est tel qu’ils se hissent au rang d’associés du célèbre Arnold Rothstein, qui deviendra un véritable mentor pour le jeune Costello. C’est à cette époque qu’il décide d’ailleurs de transformer son nom de naissance Francesco Castiglia en son homonyme anglais tout comme son associé de l’époque Salvatore Lucania qui devient Lucky Luciano.

Petit à petit, la réputation de Costello s’embellit, il gagne le respect de ses pairs et son talent diplomatique est une compétence très prisée. Il sera d’ailleurs à l’initiative de la 1ère convention du crime à Atlantic City en 1929. Cette réunion est considérée comme l’une des étapes décisives du fondement d’un syndicat du crime organisé.

Lorsque 15 ans plus tard Luciano se fait arrêter, il décide de nommer un chef exécutif pour diriger son clan. Vito Genovese est alors le numéro 2 de la famille et c’est donc à lui que revient ce rôle. Seulement en 1937, il est poursuivi pour le meurtre de Ferdinand Boccia et doit retourner à Naples, sa ville natale pour éviter la prison. Ce départ profite à Costello qui se retrouve à la tête de la famille, laissant un Genovese ouvertement amer et rancunier en Europe.

Costello

​​​​​​​Costello aura encore une fois le beau rôle lorsqu’en 1946, Vito Genovese se fait arrêter en Italie pour avoir revendu les surplus de l’armée américaine sur le marché noir…américain! Les charges de meurtre le rattrapent et Costello devra user de tout son talent pour lui éviter la prison en empoisonnant ente autre le seul témoin du meurtre de 1937, tandis qu’il était en garde préventive avant le procès.

De retour à New York, Genovose ne retrouve pas la place qu’il avait en partant et furieux, décide de tout faire pour prendre celle de Costello. Il lance alors une vaste stratégie de ralliement, rendant des services qui obligent certains, prêtant de l’argent à d’autres qui lui sont du coup redevables. Mais il sait qu’il devra attendre un moment de vulnérabilité de parrain pour pouvoir lui nuire véritablement car il est extrêmement protégé.

C’est finalement en 1957, alors que Costello sort de prison que Genovese décide d’attaquer. Il envoie son homme de main Vincent Gante, abattre Costello devant son appartement à New York le 2 mai 1957. La légende raconte qu’il aurait accidentellement prévenu Costello en lui disant: «Celle-ci est pour toi Frank». Quoiqu’il en soit, la balle touche bien le Parrain mais ne le tue pas. Dès le lendemain, Vito Genovese se proclame pourtant nouveau chef du clan Luciano, qu’il rebaptise aussitôt Famille Genovese.

Costello abdique volontairement, fatigué du rôle de chef. Il conservera tous ses intérêts sur les casinos de Floride et de Lousiane en guise de retraite. Encore très respecté, il restera jusqu’à la fin un référent dont on demande les conseils sur les affaires importantes de la mafia. Il s’éteindra à l’âge de 82 ans d’une crise cardiaque.

 

Il en inspira d’autres

La vie de Frank Costello a inspiré beaucoup de scénaristes et il est à l’origine de certains personnages de fiction célèbres comme Vito Corleone, porté à l’écran par Marlon Brando dans le film de Coppola. Ce dernier aurait utilisé des enregistrements des auditions de Kefauver pour étoffer son personnage. La voix du parrain qui a tant marqué les spectateurs est apparemment assez proche de celle de Costello, et le film reprend certains évènements de sa vie.

Le Parrain

En 2006, Martin Scorsese utilise également le nom et certains éléments biographique du célèbre gangster pour son film, Les Infiltrés.

 

Frank Costello en quelques dates

  • 1891: Naissance à Lauropoli (Calabre), Italie 
  • 1895: Installation définitive aux USA avec sa mère et sa sœur
  • 1911: 1ère incarcération pour port d’arme prohibé
  • 1931: Costello devient membre de la Commission, haute instance mafieuse
  • 1937: Il prend la tête du clan Luciano et devient officiellement Parrain de la mafia 
  • 1950: Suite aux auditions de Kefauver, Costello est condamné à 14 mois de prison
  • 1957: Tentative d’assassinat commanditée par Vito Genovese, Costello quitte sa fonction de Parrain  
  • 1973: Mort de Frank Costello à New York 

Bibliographie et filmographie

Bibliographie 

  • Espions , 
    Frank Costello 
    Editions Baudelaire, 1959
    ​​​​​​​
  • Oncle frank, biographie de Frank Costello
    L. Katz, 
    Presses de la Cité, 1974

 

Films 

  • Le Parrain, la trilogie  
    Francis Ford Coppola
    1ère partie:1972,
    2ème partie: 1974
    3ème partie:1990
     
  • Les infiltrés, 
    de Martin Scorsese, 
    2006
     
  • Gangster Wars 
    Richard C. Sarafian 
    1981