John Gotti

Même s’il n’a passé que 6 ans à la tête de la famille Gambino, John Gotti a marqué l’histoire de la mafia de son empreinte, autant par son incroyable charisme que son extrême violence. Il fait sa fortune dans le trafic de narcotiques et étend l’activité de sa famille à l’immobilier. Son procès médiatique de 1992 a marqué l’Histoire. Il a fait de lui le dernier grand symbole des parrains à l’ancienne.

John Gotti naît le 27 octobre 1940 dans un quartier pauvre du Bronx. Il est le 5ième d’une famille de 12 enfants. Après une jeunesse passée dans la rue et les gangs, il se marie en 1962 avec Victoria DiGiglio. Le couple aura 5 enfants: 3 filles et 2 garçons.

Il rejoint la famille Gambino en 1966. Celle-ci est alors l’une des 5 familles mafieuses de New York, dirigée alors par Carlo Gambino. A la suite de la guerre Bonnano qui a décimé le Milieu, Carlo Gambino a réussi à étendre le prestige de sa famille. Son pouvoir a atteint dans les années 60-70 son apogée. Elle est considérée à l’époque comme l’organisation criminelle la plus puissante du monde.

John Gotti`

En 1973, John Gotti augmente son prestige au sein de la famille: il tue le meurtrier présumé d’un neveu de Gambino, John McBratney. Il devient alors un proche de Aniello «Neil» Dellacroce, un des seconds de Gambino. Surnommé «The Tall Guy» ou encore «The Pollack», Dellacroce était connu pour son attachement à la paix au sein des gangs.  John Gotti restera l’un de ses plus fidèles soutiens jusqu’au bout. Mais confondu par des témoins pour le meurtre de McBratney, le jeune homme est arrêté et condamné à 2 ans de prison. Ce n’est ni son premier ni son dernier séjour derrière les barreaux…

 

Le combat des chefs

Pendant l’incarcération de John Gotti, Carlo Gambino meurt d’une crise cardiaque le 15 octobre 1976.

Son successeur désigné était Aniello Dellacroce, fidèle second du parrain. Mais c’est finalement le beau-frère de celui-ci, Paul «Big» Castellano qui est choisi comme chef de la famille. Gotti n’a jamais apprécié Castellano considérant toujours «Neil» Dellacroce comme son vrai chef. Castellano en prend acte en ne choisissant dans son entourage que des rivaux intimes de Gotti. Thomas Bilotti, fidèle de Castellano, fut ainsi nommé capo, le même rang que Gotti.

Le comportement du nouveau parrain n’améliore pas les relations entre les 2 hommes. Par une écoute du FBI, Dellacroce apprend que Castellano a désigné comme successeur Thomas Bilotti en compagnie de Thomas Gambino, le fils de Carlo. Cet évènement provoque la fureur de Gotti, principal soutien de Dellacroce. Comme un défi, celui-ci se lance dans le trafic de narcotiques avec l’accord de Dellacroce. Il s’agit d’une infraction importante à la politique anti-drogue de la mafia toujours en vigueur à l’époque.

John Gotti

En 1983, une enquête fédérale accuse 12 membres de la famille Gambino de trafic de drogue. Le propre frère de John Gotti, Gene, et son meilleur ami, Angelo Ruggiero, sont impliqués. Les écoutes téléphoniques de Ruggiero révèlent en outre son hostilité affichée à Castellano. Il faut toute la détermination de Dellacroce pour empêcher Castellano d’accéder à ces enregistrements, et éviter une guerre à l’intérieur du clan.

Le vieux Dellacroce meurt finalement d’un cancer le 2 décembre 1985.  Gotti comprend aussitôt  qu’il est en grand danger. Il  ne pourra  plus compter sur la protection de son mentor contre Paul Castellano. Il décide donc de prendre les devants. Le 16 décembre, Paul Castellano et Thomas Bilotti sont sauvagement assassinés par des tueurs envoyés par Gotti devant un restaurant, le Sparks Steak House. John Gotti prend alors le pouvoir au sein de la famille Gambino.

Il le gardera 6 ans, jusqu’en 1992.

 

A la tête de la famille: un mafioso à la main de fer

John Gotti n’a pas attendu son arrivée à la tête de la famille Gambino pour prouver sa cruauté. En 1980, son jeune fils Frank est percuté par la voiture de John Favara, un voisin de la famille Gotti. Le jeune garçon âgé de 12 ans meurt sur le coup. Sa vengeance est à la hauteur de la tragédie. Après avoir reçu des lettres de menace, Favara est finalement enlevé alors qu’il quitte son travail.  Son corps n’a jamais été retrouvé. Mais Gotti ne s’arrête pas seulement à ses ennemis. Il terrorise aussi ses fidèles.

«Obéis à mes ordres ou je te tuerai» était son mot d’ordre. Il en est de même pour les autres familles de la mafia. Un mafieux aurait dit à l’époque «Quand les Gambinos crachent, les autres familles se noient».

A la tête de la famille Gambino, John Gotti élargit le champ d’action de la mafia en investissant dans de nouveaux domaines: ramassage de déchets, mais aussi et surtout immobilier et hôtellerie. Son pouvoir à l’époque est tel qu’il se croit invincible. C’est pourquoi il n’hésite pas à s’afficher ouvertement dans les média, portant des costumes luxueux faits-sur-mesure. Sa superbe maison à Howard Beach dans le Queens est souvent montrée à la télévision.

John Gotti en couverture du Time

Il fut alors surnommé le Dapper Don, qu’on traduirait aujourd’hui par le «Don Bling-Bling», tant le train de vie qu’il montre à tous est faste. La philosophie du parrain est simple. «Mieux vaut vivre un an comme un lion que cent comme un agneau» répétait-il parfois à ses soldats. Il applique durant toute sa vie ce précepte à la lettre. Son modèle en la matière est le célèbre Albert Anastasia, ancien parrain mémorable de la famille Gambino.

La justice s’intéresse à son cas, mais sans succès. John Gotti est acquitté 3 fois de suite. L’échec de ces procès intentés contre lui le renforce dans la conviction qu’il est intouchable. Mieux, c’est grâce à eux qu’il est devenu une vraie icône des médias. C’est l’un de ces procès en effet qui lui vaut l’honneur d’être à la couverture du prestigieux Time Magazine en 1986. Jamais un parrain avant lui n’avait été aussi présent jusque là dans les journaux ou à la télévision et n’avait autant fasciné les foules à son époque. 

 

La trahison de Gotti

Puisqu’il n’était pas discret sur ses activités, John Gotti était une cible prioritaire pour le FBI. Il organisait souvent de grandes manifestations où il exigeait la présence de tous les membres de la famille Gambino. Ceux qui ne venaient pas risquaient de lourdes sanctions de la part du boss, et ceux qui venaient étaient aussitôt fichés par la police. Malgré cela, il faut attendre 1992 pour que le Teflon Don soit vraiment inquiété.

Le FBI a réussi à placer des micros dans un appartement du Ravenite Social Club dans Little Italy. C’est l’endroit où Gotti prend l’essentiel de ces décisions. A partir de là commence pour les fédéraux un long travail patient d’enregistrement et d’écoutes. Finalement, ils réussissent à réunir des preuves contre Salvatore «The Bull» Gravano, le consigliere de John Gotti. En outre, le FBI fait écouter à Gravano des enregistrements où Gotti le critique ouvertement. Certain d’être condamné, celui-ci décide finalement de témoigner contre son chef, en échange de la protection accordée aux témoins. Le sort de John Gotti est scellé.

Le célèbre sourire de John Gotti

Le procès du Dapper Don s’ouvre en 1992, avec une forte couverture médiatique, dans une salle pleine de journalistes et de spectateurs. John Gotti reste fidèle à lui-même, provoquant le procureur avec son célèbre sourire. Mais il n’a pas d’influence sur le verdict: il est reconnu coupable de tous les chefs d’inculpation, incluant 5 meurtres. Il est donc condamné à l’emprisonnement à vie sans possibilité de liberté conditionnelle.

Il meurt en prison d’un cancer des poumons le 10 juin 2002 à Sringfield, entrant du même coup dans la légende. Des funérailles sont organisées à New York, auxquels assistent plus de 130 membres de la famille Gambino. 

 

John Gotti en quelques dates

  • 27 octobre 1940: Naissance de John Gotti dans le Bronx, à New York.
  • 6 mars 1962: Mariage de John Gotti avec Victoria DiGiorgo, dont il aura 5 enfants, dont John Gotti qui prendra la tête de la famille Gambino en 2002.
  • 1966: entrée de John Gotti dans la famille Gambino.
  • 1980: Franck Gotti, 2ième fils de John, meurt dans un accident de voiture.
  • 1985: John Gotti devient le parrain de la famille Gambino en assassinant Paul Castellano.
  • 1986: John Gotti fait la couverture du Time Magazine.
  • 1992: A la suite de la trahison de son consigliere, John Gotti est condamné à la prison à vie.
  • 10 juin 2002: Mort de John Gotti en prison, d’un cancer des poumons.

Bibliographie et filmographie

Livres

  • Mob Star: The Story of John Gotti,
    Gene Mustain et Jerry Capici,
    Alpha Brooks
     
  • Gotti: Rise and Fall,
    Gene Mustain et Jerry Capici,
    Onyx
    ​​​​​​​

Films

  • Gotti,
    téléfilm diffusé par HBO,
    où Armand Assante interprétait le rôle éponyme.
     
  • La Trahison de Gotti,
    centré sur Salvatore Gravano,
    où John Gotti était joué par Tom Sizemore.