la Balistigue au Service De La Police Criminelle

La balistique est la discipline qui étudie le mouvement des projectiles en général et ceux tirés par des armes à feu en particulier.

Cette science se décompose en trois parties : la balistique interne qui s'occupe des performances ou problèmes à l'intérieur de l'arme, la balistique externe qui s'intéresse à la trajectoire du projectile et la balistique terminale qui explore le phénomène de l'impact. Cette science participe des différents procédés utilisés au cours des identifications judiciaires sur les scènes de crime.

 

La Balistique interne

Au cours d'une enquête, il est capital de pouvoir déterminer à quelle arme correspond le projectile qui a touché la victime ou qui a été retrouvé sur les lieux du crime. C'est là qu'interviennent les spécialistes en balistique terminale. Ils peuvent, en fonction des stries et sillons présents sur la balle savoir précisément quelle armé a été utilisée. En effet les marques laissées sur la balle ont été faites par le canon lui-même et en portent en quelque sorte la signature. Soit le résultat est évident, soit les experts doivent faire des test de tir en laboratoire pour vérifier leurs hypothèses. Il existe 2 types de canons, les striés dont on peut étudier les traces qu'ils impriment sur les balles, et les lisses qui ne laissent aucune marque mais ce sont alors les douilles elles-mêmes qui délivrent de précieuses informations. Il faut distinguer la balle de la douille et de l'étui. Ce sont ces 3 éléments qui étudiés ensemble ou séparément donnent le plus d'informations aux balisticiens sur l'arme utilisée, la trajectoire des projectiles et les positions respectives du criminel et de sa victime. 

 

Coupe longitudinale d'un projectile
Légende : (1) balle, (2) douille ou étui, (3) poudre ou charge explosive et propulsive, (4) culot, (5) amorce

On appelle balistique de bouche, la discipline qui vise à déterminer ce qui se passe à l'instant où le projectile traverse la bouche de l'arme, c'est-à-dire l'extrémité du canon. Évasée ou droite, cette bouche laisse des marques caractéristiques, oriente la trajectoire et selon les modèles, est le lieu de rejet de plusieurs matériaux tels que des résidus de plombs, suie, poudre imbrulée... Ces éléments renseignent sur la position du tireur par rapport à sa victime.

Nous sommes déjà là dans le domaine de la balistique intérieure, puisqu'il s'agit d'étudier le trajet de départ de la balle, à l'intérieur de l'arme. Ce trajet dure environ 5 millièmes de secondes, durant lesquels la cartouche est percutée, la douille éjectée dans la chambre de l'arme dont elle prend la forme, puis dans la tête de culasse et enfin dans le canon ou elle est imprimée des stries qui lui confèrent un mouvement hélicoïdal permettant d’induire la stabilité gyroscopique dans l’air, et d’accroître la portée, la puissance de perforation du projectile et d’améliorer la précision du tir. La balistique interne étudie principalement la transformation de l’énergie chimique de la poudre contenue dans la munition en énergie mécanique (ou cinétique). La force de cette énergie cinétique dépend de la masse et de la vitesse du projectile.

Différents types de douilles et de balles

 

La Balistique externe

Une fois la balle sortie du canon, elle ne va pas comme on le croit souvent droit au but ! De nombreux éléments entrent en jeu et le calcul des trajectoires de balle est une discipline dont les équations sont complexes. La balistique externe étudie la mesure de la vitesse du projectile à la sortie du canon et à des distances déterminées (10 mètres principalement), ainsi que l’étude de la trajectoire du projectile. 

Dans le cas des affaires de meurtres ou de suicides, les distances sont souvent moindres entre l'endroit du tir et le point d'impact, ce qui limite le paramètre de la gravité qui est en revanche à prendre en compte dans le cas de tirs à grande distance. Mais cette question relève plus des compétences des chercheurs en aéronautique que de celles des balisticiens judiciaires. 

Un schéma de balistique externe qui montre le mouvement du projectile

En règle générale, les projectiles suivent un mouvement parabolique pour atteindre leur cible. Ils commencent à tomber dès qu'ils sortent du canon, mais cette chute est corrigée avant d'exister puisque la ligne centrale du canon est inclinée légèrement vers le haut par rapport à la ligne des mires, de manière à ce que le projectile croise une 1ère fois la ligne de mire lorsqu'il monte (habituellement 25 verges ou plus) et une seconde fois lorsqu'il redescend à ce qu'on appelle la portée "zéro". 

Pour reconstituer avec précision les trajectoires des projectiles sur une scène de crime, les enquêteurs étudient également les plaies des victimes. Les points d'entrée et de sortie de la balle, les dégâts qu'elle a occasionnés, son comportement dans le corps humain, ainsi que la grosseur des grains ou paillettes de poudre qui renseignent sur la proximité du tireur.

 

Les forces et contraintes qui agissent sur un projectile en vol
Légende : (G) centre de gravité, (C) centre aérodynamique, (A) tangente à la trajectoire, (B) axe du projectile,(F) force cinétique

 

La Balistique finale

Cette partie de la balistique s'appelle balistique finale puisqu'elle étudie le moment de l'impact. Elle se penche sur les réactions biologiques et physiologiques que cause l'impact. Les balisticiens utilisent de nombreux matériaux pour leurs tests en laboratoire, l'objectif étant de reproduire le plus fidèlement possible les tissus humains. On trouve dans ces expériences de la gélatine, de la plastiline, du savon balistique, des planches de sapin, de la peau de lapin et de cochon entre autres.

Militaires et policiers se servent de ces macabres études pour améliorer la performances des armes de combat.

Le tableau balistique qui décrit les performances d'un fusil Charleville 1777

Pour que son efficacité soit maximale, il faut que le projectile délivre le maximum d’énergie dans le minimum de temps et de trajet. Autrement dit la gravité d’une blessure dépend non seulement du siège de l’impact mais encore de la quantité d’énergie perdue dans les tissus et non de la quantité d’énergie transportée. En gros, plus la balle rencontre de résistance, plus son pouvoir vulnérant est grand. Donc si la balle traverse une matière homogène relativement peu dense, elle peut la traverser sans perdre son énergie, sans se déformer et par conséquent sans faire de blessure grave sauf si elle touche un organe vital.

Une veste qui sert d'armure lors des tests balistiques

En revanche, si la balle arrive très vite, tirée par un fusil d'assaut par exemple, elle va libérer son pouvoir vulnérant dès qu'elle touche sa cible puisque sa sensibilité à la résistance est accrue du fait de sa vitesse et là les dégâts sont incomparablement plus grands.

Évidement, la forme, la masse et la puissance de la balle sont à prendre en compte, de même que la nature de l'arme, les conditions du milieu extérieur (vent, neige, pluie, eau...) et la distance qui sépare le tireur de sa cible.

 

Ressources

Bibliographie

  • Scène de crime, l'encyclopédie de la police scientifique, Richard Platt
    Éditions Tournon, 2007
     
  • Expertise des armes à feu et des éléments de munitions dans l'investigation criminelle, Alain Glausser, Monica Bonfanti, Frederic Schütz
    PPUR, 2002

Vidéos

  • Une série de reportages consacrés à la police judiciaire française : //youtu.be/C7r55vc-nsw
     
  • Un petit 3 minutes d'interview sur le métier de balisticien : //youtu.be/Fl7PvBQ9KQM

Crédits Photos

  • IMG 1 : Des balles de plusieurs tailles..., //fr.123rf.com/photo_4678248_un-gros-tas-de-diverses-armes--feu-des...
     
  • IMG 2 : Coupe longitudinale d'un projectile, //fr.groups.yahoo.com/group/VINOUSH/message/31228
     
  • IMG 3 : Différents types de douilles et de balles, wikipédia: Mike Brown, (UNHchabo), free use with contribution
     
  • IMG 4 : Un schéma de balistique externe qui montre le mouvement du projectile, wikicommons : public domain
     
  • IMG 5 : Les forces et contraintes qui agissent sur un projectile en vol, Author Demostene119, This file is licensed under the Creative Commons Attribution-Share, Alike 3.0 Unported license
     
  • IMG 6 : Le tableau balistique qui décrit les performances d'un fusil Charleville 1777, GNU Free documentation licence, Author Sejan
     
  • IMG 7 : Une veste qui sert d'armure lors des tests balistiques, Auteur Abidder, GNU Free Documentation License version 1.2