L'affaire Profumo

Appelé à un brillant avenir politique, nommé à 45 ans Ministre de la guerre du Royaume Uni, John Profumo voit d’un seul coup sa carrière anéantie en 1961 par le plus grand scandale politique du 20ème siècle en Angleterre. Mêlant la politique, le sexe et l’espionnage, cette affaire met fin à la tradition britannique de respect de la vie privée des hautes personnalités.

John Dennis Profumo est né le 30 janvier 1915 dans une riche famille aristocratique de Sardaigne émigrée au Royaume-Uni en 1885. Elève d’Harrow School, établissement privé de l’upper class, puis d’Oxford à Brasenose College, il s’engage tout jeune homme dans l’armée en 1939. Il entre au Parlement de Westminster en 1940, représentant Kettering dans le centre de l’Angleterre et se retrouve à 25 ans le plus jeune député.

Engagé, il fait la guerre en Afrique du Nord et participe au débarquement en Normandie. A la fin de la guerre, décoré de l’Ordre de l’Empire Britannique, il quitte l’armée avec le grade de brigadier. En 1950, il est réélu député, représentant Stratford-on-Avon avant de prendre en 1952 les fonctions de Secrétaire d’Etat aux Transports.

En 1954, il se marie avec une actrice glamour du cinéma britannique de 2 ans plus jeune que lui, Valérie Hobson, divorcée du producteur Anthony Havelock Allan. Elle a notamment tourné en 1935 dans La fiancée de Frankestein et en 1949 dans le célèbre ;Noblesse oblige où elle incarnait Edith d’Ascoyne. Après son mariage, elle abandonne sa carrière d’actrice.

Surnommé Jack, John Profumo est une étoile montante des Tories, la Parti conservateur britannique, et semble promis à un avenir radieux. En juillet 1960, il devient à 45 ans Secrétaire d’Etat à la guerre dans le gouvernement d’Harold Macmillan, et membre du Conseil privé de la Reine. Un homme qui fréquente l’establisment et qui a ses entrées au Palais de Buckingham...

A la même époque, Christine Keeler est une call-girl toute juste sortie de l’adolescence, qui a habité toute son enfance avec sa mère et son beau-père dans deux wagons aménagés. Née en février 1942, son véritable père a abandonné sa famille pendant la guerre, et la médecine scolaire a détecté chez elle de la malnutrition. A 17 ans elle perd un bébé, né prématurément. Christine Keeler est aussi une très jolie fille. Elle trouve un emploi de mannequin dans une boutique de Londres et de danseuse seins-nus. Elle a commencé au Murray’s Cabaret Club à Soho où elle a fait la connaissance d'un certain Stephen Ward, qui décide de l’introduire comme call girl dans les milieux les plus huppés.
 

Les coulisses d'un scandale érotico-politique

Le docteur Stephen Ward est osthéopathe, et aussi une sorte d’aventurier libertin. Il présente Christine Keeler à John Profumo lors d’une fête donnée par Lord Astor au Château de Cliveden dans le Berkshire. Ils se seraient rencontrés au bord de la piscine en plein air. En juillet 1961, John Profumo entame une brève aventure avec elle.

Cette liaison entraîne des rumeurs qui s’amplifient du côté de Fleet Street, le quartier de la presse, quand on découvre que la jeune prostituée compte au nombre de ses amants l’attaché principal de la marine soviétique à Londres, Evgueni Ivanov, soupçonné de mener des activités d'espionnage.
Et puis fin 1962, Johnny Edgecombe, petit criminel et amant éconduit de Christine Keeler tire sept coups de feu sur le domicile de Stephen Ward où elle se trouve avec une de ses amies, Mandy Rice-Davies.

L’histoire éclate alors au grand jour dans les journaux.

[]
Christine Keller et Mandy Rice-Davies

A la suite de l’interpellation de la Chambre des Communes par le député travailliste George Wigg sur les conséquences que cette liaison pourrait entraîner sur la sécurité nationale dans le contexte de la Guerre froide, John Profumo fait une déclaration devant le parlement pour couper court aux rumeurs en mars 1963 où il dément tout comportement inconvenant avec la jeune call girl.

Mais une plainte déposée par Christine Keeler à l’encontre d’un de ses ex-amants, Aloysius Gordon, débouche lors du procès au mois de juin 1963 sur des révélations au sujet des parties fines du docteur Ward et des personnalités qui y participent. Tout l’establisment est compromis.

Dans ce contexte, l’affaire Profumo prend une dimension nationale et « Jack » se voit contraint de démissionner de ses fonctions le 4 juin 1963, après avoir admis avoir menti devant le Parlement. Impardonnable, n'est-ce pas ?.
 

Les dommages collatéraux de l'affaire

Christine Keeler vendit très cher son histoire aux journaux. Mais aveuglée par ses succès dans la presse à scandales, elle finit par se fâcher avec son agent qui, pour se venger, fit parvenir à la justice des preuves qui la firent inculper pour faux-témoignage dans l’affaire Gordon ; Elle fut condamnée à 9 mois de prison.

Lord Denning, le juge senior désigné pour conduire l’instruction cassa les rumeurs les plus folles comme celle relative à des orgies dans les cabinets ministériels avec débauche de déguisements et de masques. Ses conclusions le 26 septembre 1963 indiquent en outre que la sécurité nationale n’a jamais été menacée par la liaison Profumo-Keeler. 

[]
Stephen Ward

Néanmoins, il fut reproché au Premier ministre une « mauvaise gestion de la crise » et le scandale toucha tout le gouvernement conservateur. Cela leur coûta le pouvoir lors des élections législatives suivantes, en 1964.

Stephen Ward servit de bouc émissaire et se suicida le 31 juillet 1963, juste après son procès où il fut convaincu de proxénétisme.
 

Réhabilitation

Après avoir quitté ses diverses fonctions publiques John Profumo entame une carrière sociale discrète auprès dans l’Est londonien en s’engageant auprès d’une association caritative fondée en 1884, la « Toynbee Hall ». Dans sa deuxième vie, l’ex-député s’occupe avec sa femme à lever des fonds au profit de cette association en utilisant ses anciennes relations.

En 1975, il reçoit la récompense de Commandeur de l’Empire Britannique pour son action caritative. En 1995 à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, Margaret Thatcher l'invite et le place à côté de la Reine. Dans son discours, elle le réhabilite en le désignant comme « l’un de nos héros nationaux ».

[]
John Profumo

John Profumo refusa de parler de l' affaire jusqu'à la fin de ses jours, même à l’occasion de la sortie du film Scandal et de la publication des mémoires de Christine Keeler. Sa femme resta auprès de lui. Elle meurt en 1998. John Profumo décède à 91 ans le 9 mars 2006. le Premier Ministre Tony Blair déclare : « On se souviendra de lui non seulement pour les évènements qui ont brisé sa carrière, mais surtout, avec respect et gratitude, pour ce à quoi il a consacré sa vie après ».

En 1963, Christine Keeler pose pour le photographe Lewis Morley's, nue et assise à rebourd sur une chaise. Cette photographie deviendra une image mythique de l'iconographie britannique des Sixties (la chaise se trouve au Victoria and Albert Museum à Londres !). Dans les années 80, elle entame une carrière d'écrivain.
 

John Profumo en quelques dates

  • 30 janvier 1915 : naissance de John Dennis Profumo à Kensington, Londres
  • 1940 : élu député à la Chambre des Communes, Kettering, Northamptonshire
  • 22 février 1942 : naissance de Christine Margaret Keeler.
  • 1945 : John Profumo est battu à Kettering par le candidat travailliste
  • 1950 : élu député à la Chambre des Communes, Stratford-on-avon, Warwickshire
  • 1952 : Secrétaire d’Etat aux transports
  • 1954 : mariage avec l’actrice Valérie Hobson
  • 1957 : Sous-Secrétaire d’Etat aux colonies
  • 1959 : Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères
  • 1960 : Secrétaire d’Etat à la guerre
  • 1961 : brève liaison avec Christine Keeler
  • 1963 : démission de son poste de ministre
  • 1975 : Commandeur de l’Empire Britannique
  • 9 mars 2006 : décès à l’hôpital de Chelsea and Westminster

 

Bibliographie et filmographie

Bibliographie

1963 : John Profumo et Christine Keeler
de Tim Coates,
Editions Stationery Office Books 

Le rapport Denning sur le scandale Profumo
de Lord Denning,
Editions Buchet/Chastel, 1963

Filmographie

Scandal,1989,
film de Michael Caton Jones
avec John Hurt, Joanne Whalley-Kilmer, Bridget Fonda, Ian Mac Kellen

 

 


Étiquettes: John Profumo   Christine Keeler   Grandes affaires criminelles   Dossiers