Lizzie Borden

Accusée d’avoir assassiné à coups de hache son père et sa belle-mère, Lizzie Borden est acquittée sans que personne d’autre ne soit poursuivi. Coupable pour l’opinion publique, elle devient un véritable personnage folklorique. L’affaire fait grand bruit dans l’Amérique de la fin de 1892 et fait partie des causes célèbres qui ont marqué la culture américaine. 

  • Lizzie Borden,  l’accusée
    Lisbeth Borden est née le 17 juillet 1860. Elle perd sa mère à 2 ans et est élevée par sa sœur de 10 ans son aînée, Emma.
    Lizzie a une conscience aigue de sa position sociale et a à cœur de tenir son rôle de jeune fille de bonne famille. Elle est très active à la paroisse et appartient à diverses associations caritatives. Elle reproche à son père de ne pas lui fournir assez d’argent pour tenir son rang.
    Au moment des faits, Lisbeth est une célibataire de 32 ans. Son statut de «vieille fille» (pour l’époque) s’explique de diverses manières: un physique peu avantageux et un père sans doute trop exigeant quant à la condition sociale requise pour les prétendants de ses filles. 
    Certains pensent qu’elle préférait les femmes: le public lui prêtera une liaison avec l’actrice Nance O’Neil de 1902 à 1906. 
     
  • Abby Durfee Gray Borden : une victime, belle-mère de l’accusée
    Andrew Borden, le père de Lisbeth, l’épouse en secondes noces, 2 ans après la mort de sa première épouse. Elle a soif de reconnaissance sociale et souhaite être respectée. Son mariage avec Andrew Borden passe pour inespéré tant à cause de son âge (37 ans) que de sa condition sociale. La bonne société jase: elle n’est que la fille d’un colporteur, Mr Borden l’ayant épousé pour tenir sa maison et élever les filles de son premier mariage.
    Il y a très peu de document concernant ses relations avec ses belles-filles. Mais de nombreux témoins soutiennent que Lizzie la détestait et que l’ambiance à la maison était tendue.
     
  • Andrew Jackson Borden: l’autre victime, le père de l’accusée
    Les Borden sont notables depuis 8 générations. Seuls quelques membres de la famille, dont le père d’Andrew, sont exclus de la prospérité familiale. En effet, ce dernier n’est que représentant… Bien décidé à ne pas suivre l’exemple de son père, Andrew se fait tout seul, d’abord en devenant commis charpentier puis en créant une fabrique de cercueils.
    Il se marie une première fois à Sarah Morse dont il a 3 filles, Emma, Alice -qui meurt à l’âge de 2 ans- et Lisbeth.
    Monsieur Borden devient un riche homme d’affaires: il est président de l’une des principales banques de Fall River et dirige 3 importantes fabriques de vêtements. Il est considéré comme un homme strict aimant beaucoup l’argent.
     
  • Emma Lenore Borden: la sœur de l’accusée
    Emma naît le 1er mars 1851; elle a 12 ans à la mort de sa mère. Elle est très proche de Lizzie mais, contrairement à celle-ci, elle semble plutôt heureuse et prend la vie comme elle vient.
    Absente le jour du drame, certains la diront en compagnie d’un prétendant en dessous de sa condition et donc rejeté par Mr Borden. Il semblerait plutôt qu’elle ait été en compagnie d’amis.
     
  • Bridget Sullivan, dite «Maggie», la servante
    Emigrée irlandaise, elle a 26 ans en 1892. Le jour du drame, elle fait les vitres sur l’ordre express de Mr Borden et ce, malgré de douloureux maux d’estomac.
    Certains la considèrent comme la complice de Lizzie car, présente dans la maison, comment a-t-elle pu ne rien entendre?
     
  • John Vinnicum Morse, l’invité
    John est le frère de la première femme d’Andrew et semble être le seul véritable ami d’Andrew Borden. Un temps accusé d’être le véritable cerveau de l’affaire et d’avoir des relations incestueuses avec Lizzie, John est innocenté en étant identifié en ville au moment des meurtres.

 

4 août 1892 : les meurtres

Vers 7h du matin, au 92 second Street, Fall River, Massachussetts, Abby, Andrew et John Morse prennent leur petit déjeuner.  Puis les hommes vont au salon et Abby s’attaque aux tâches ménagères. 

Bridget Sullivan, qui ne se remet pas de son intoxication alimentaire de la veille, va vomir derrière la maison. 

La maison 

  • 8h45: John quitte la maison.
     
  • 9h: Lizzie prend un petit déjeuner léger. 
    Quelques minutes plus tard, Andrew quitte la maison à son tour, emportant avec lui des lettres que Lizzie lui a demandé de poster. 
     
  • 9h30: Abby poursuit ses tâches ménagères à l’étage. 
    Bridget Sullivan fait les carreaux à l’extérieur de la maison. 
    Dans l’heure qui suit, Abby, qui s’affaire dans chambre d’amis, est tuée de 19 coups de hache qui lui défoncent l’arrière du crâne. 

 

Enquête sur l’assassinat d’Abby et Andrew Borden

Dans cette petite ville où tout le monde se connaît, un tel crime est impensable, c’est pourquoi la police se lance immédiatement sur la piste d’individus inconnus du voisinage. Les témoignages font ressortir 3 hypothèses: un portugais, un individu bizarre vu par le Dr Handy et 2 hommes dans une calèche. La calèche a fait demi-tour dans la rue pour s’arrêter devant la demeure des Borden. Un homme d’environ 25 ans en est descendu et a sonné à la porte. Andrew Borden lui a ouvert et l’a invité à entrer. 10 minutes plus tard, celui-ci ressortait, son chapeau à la main.

Mais ces pistes tournent court: le portugais – qui s’avère suédois – est mis hors de cause, l’individu bizarre est identifié comme étant Mike le soldat, un vagabond malade également innocenté. Quant aux hommes de la calèche, ils ne sont que des touristes égarés.

2 nouvelles pistes s’ajoutent: un cambrioleur aurait rôdé autour de la maison et un individu aurait menacé monsieur Borden 2 semaine plus tôt. Mais ces 2 hypothèses n’ont qu’un seul témoin: Lizzie Borden… 

John Morse

La police de Fall River est intriguée: toutes les portes de la maison sont fermées à clé, que ce soit les portes extérieures ou les portes des chambres. Le meurtrier ne serait-il donc pas un habitant de la maison?

Pour la presse, le coupable ne peut être que John Morse: seul un homme a pu commettre un acte aussi barbare! D’ailleurs, l’oncle d’Emma et Lizzie est arrivé sans valise… Mais son alibi, indiscutable, le met rapidement hors de cause.

L’opinion a du mal à mettre en accusation les héritières d’une famille de notables… 

Le vent tourne une semaine après les meurtres quand Eli Bence, le pharmacien, identifie Lizzie comme étant la cliente qui lui a demandé du cyanure mercredi 3, veille du meurtre. Elle souhaitait traiter son manteau en peau de phoque contre les mites. Or la peau de phoque ne craint pas les mites…

Ce témoignage vient étayer celui du médecin de la famille, le docteur Bowen, qui a soigné les Borden et leur domestique 2 jours plus tôt. Tous se plaignaient de maux d’estomac. Il avait alors diagnostiqué alors une intoxication alimentaire quand Abby soupçonnait, elle, un empoisonnement!

Ces 2 déclarations ajoutées au comportement suspect et aux propos peu cohérents de Lizzie font immédiatement porter les soupçons sur la plus jeune des filles Borden.

Le 11 Août au soir, Lisbeth Borden est arrêtée pour les meurtres de son père et de sa belle-mère.

En juin, un témoignage vient renforcer l’accusation: Alice Russell, une amie de Lizzie est venue lui rendre visite 3 jours après le drame. Elle la surprend alors, dans la cuisine, en train de brûler sa robe bleu clair…

 

Le mobile : la haine et l’argent

La police de Fall River est intriguée: toutes les portes de la maison sont fermées à clé, que ce soit les portes extérieures ou les portes des chambres. Le meurtrier ne serait-il donc pas un habitant de la maison?

Pour la presse, le coupable ne peut être que John Morse: seul un homme a pu commettre un acte aussi barbare! D’ailleurs, l’oncle d’Emma et Lizzie est arrivé sans valise… Mais son alibi, indiscutable, le met rapidement hors de cause.

L’opinion a du mal à mettre en accusation les héritières d’une famille de notables… 

Le vent tourne une semaine après les meurtres quand Eli Bence, le pharmacien, identifie Lizzie comme étant la cliente qui lui a demandé du cyanure mercredi 3, veille du meurtre. Elle souhaitait traiter son manteau en peau de phoque contre les mites. Or la peau de phoque ne craint pas les mites…

Ce témoignage vient étayer celui du médecin de la famille, le docteur Bowen, qui a soigné les Borden et leur domestique 2 jours plus tôt. Tous se plaignaient de maux d’estomac. Il avait alors diagnostiqué alors une intoxication alimentaire quand Abby soupçonnait, elle, un empoisonnement!

Ces 2 déclarations ajoutées au comportement suspect et aux propos peu cohérents de Lizzie font immédiatement porter les soupçons sur la plus jeune des filles Borden.

Le 11 Août au soir, Lisbeth Borden est arrêtée pour les meurtres de son père et de sa belle-mère.

En juin, un témoignage vient renforcer l’accusation: Alice Russell, une amie de Lizzie est venue lui rendre visite 3 jours après le drame. Elle la surprend alors, dans la cuisine, en train de brûler sa robe bleu clair…

 

Le mobile : la haine et l’argent

Même si Abby est entrée dans la vie de Lizzie alors qu’elle n’avait que 4 ans, la petite Borden ne s’est jamais faite à cette mère de substitution en dessous de sa condition. D’ailleurs elle décide, à 27 ans, de ne plus l’appeler «mère». La haine de l’enfant pour sa belle-mère n’est pas un secret.

L’ambiance au 92 Second Street est électrique et les générations s’évitent. L’étage est séparé en 2: l’avant pour les filles, l’arrière pour le couple Borden; les repas sont rarement pris en famille. Quand cela arrive, les altercations sont fréquentes, au point de se séparer précipitamment pour des «vacances» improvisées.

Monsieur Borden est en phase de devenir millionnaire et il semblerait qu’il a décidé de partager sa fortune de manière avantageuse pour son épouse…

L'étage de la maison Borden

  • L’affaire Borden : une cause nationale
    A partir de l’inculpation, la presse et l’opinion publique se déchaînent. Tous les reporters du Massachusetts, de Boston,  de New York et de Baltimore, convergent vers Fall River, à la recherche du scoop. La Côte Est est en ébullition et on se mobilise pour Lizzie: mouvements féministes, association chrétiennes, paroisses…
    Pendant les 10 mois qui séparent l’inculpation du procès, les rumeurs vont bon train et la presse surfe sur un sujet qui fait vendre. Le Boston Globe annonce que Lizzie Borden est enceinte, puis se rétracte 24h plus tard. The Fall River Daily Globe, journal populiste, attaque la famille Borden: ces gens riches font de l’argent sur le dos des plus pauvres!

 

Le procès de Lizzie Borden

​​​​​​Lizzie est défendue par les meilleurs avocats: Andrew J. Jennings de Fall River, Melvin O. Adams de Boston et George D. Robinson, ancien gouverneur du Massachusetts.  La partie civile est dotée de 2 avocats: Hosea M. Knowlton et William H. Moody. 

L’accusation entend marquer le jury en exhibant 2 crânes pour appuyer la description des horribles mutilations subies par les victimes: elle annonce pouvoir prouver la culpabilité de l’accusée.

Un des crânes des victimes

  • Le défilé des témoins: 
    Les photographes du crime, puis John Morse et Bridget Sullivan. La domestique est appelée plusieurs fois à la barre, son témoignage est très confus, il contredit celui de l’enquête. Au procès, elle déclare ne pas se souvenir de la robe portée par l’accusée le jour des meurtres, or durant l’enquête, elle a décrit la robe bleu clair, celle qu’Alice Russell dit avoir vu en train de brûler… Bizarrement, Moody ne relève pas.
     
  • L’accusation présente une arme: 
    Tout porte à supposer que cette hache –sans manche- trouvée dans la cave le 5 août, est celle de l’assassin. D’après les experts, elle a pu, activée par une femme, infliger des blessures telles que celles constatées sur les victimes. Le fait qu’elle était couverte de cendre et que son manche était manquant peut faire penser que le meurtrier a voulu effacer toute trace de son forfait. Mais elle a été trouvée à côté d’un manche de hache cassé et cela suffit à mettre le doute dans l’esprit des 12 jurés : la hache trouvée dans la cave est-elle l’arme du crime ou simplement un outil cassé relégué au sous-sol?

La hache

  • L’alibi de Lizzie est passé au crible
    Comme par hasard, elle qui n’a pas pêché depuis des années, passe 20 minutes dans la grange à chercher des plombs et à manger des poires! Les policiers chargés de l’enquête passent à la barre. Ils ont été dans cette fameuse grange, or plusieurs détails permettent les soupçons: la chaleur de la grange, en plein été, est insoutenable, il parait surprenant de vouloir s’y reposer pour déguster des poires. De plus, aucune trace de pas n’apparaît sur la poussière: tout semble indiquer que Lizzie n’y a pas mis les pieds.  

    Mais un témoin de la défense vient mettre à mal la conclusion des enquêteurs: Hyman Lubinsky, vendeur de glaces. Il conduisait son attelage «peu de temps après 11 heures» et a vu 2 femmes dans l’arrière cour. L’une d’elles, dans une robe de couleur foncée (et non bleu clair, comme celle brûlée par Lizzie) est sortie de la grange et rentrée dans la maison. L’autre femme était Bridget.

    Le doute subsiste, mais aucune accusation ne tient vraiment. Avant délibération le juge demande à Lizzie si elle a quelque chose à dire pour sa défense, elle répond : «Je suis innocente. Je laisse à mes avocats le soin de parler en mon nom».
    Il a fallu à peine 1 heure 30 aux 12 jurés pour déclarer Lisbeth Borden non coupable des meurtres d’Abby et Andrew Borden.

 

La sentence du public : «Lizzie Borden took an axe…»

Pour le grand public, Lizzie est coupable. Elle est dès lors traitée en paria. Les vendeurs à la criée rédigent même une comptine pour attirer les lecteurs de leurs journaux, les paroles ne laissent pas de doute sur l’opinion populaire (le chiffre de quarante coups est inexact) :

Lizzie Borden took an axe
She gave her mother forty whacks.
When she saw what she had done
She gave her father forty-one.

Lizzie Borden got away
For her crime she did not pay.

Lizzie Borden prit une hache,
Et frappa quarante fois sa mère.
Au vu du résultat de sa tâche,
Elle donna un de plus à son père.

Lizzie Borden s'en est allée,
Sans ses crimes les payer.

Elle déménagea après son acquittement pour s’installer avec sa sœur dans un quartier prisé de Fall River. Elle ne se maria jamais et se brouilla avec sa sœur en 1913. Cette rupture familiale fut considérée comme un aveu de sa culpabilité.

Emma Borden

Plusieurs théories sur le crime ont été proposées au cours des années. 

  • Bridget Sullivan:
    - Lizzie lui aurait confisqué ses gages pour qu’elle accepte de supprimer le couple Borden.
    - Surprise par madame Borden au lit avec Lizzie, elle l’aurait assassinée à coups de chandelier. Monsieur Borden, ayant deviné, dût, lui aussi, être supprimé.
     
  • Emma Borden:
    Malgré son alibi – elle passait la nuit chez des amis- certains ont soutenu qu’elle avait pu s’éclipser, commettre le double meurtre et retourner discrètement chez ses amis.
     
  • William Borden :
    C’est une théorie intéressante proposée dans les années 90 par un passionné de l’affaire : Arnold Brown.
    Andrew Borden aurait eu un enfant illégitime avec Phebe Hathaway. L’existence de cet enfant était connue de tous, mais totalement taboue. William vient demander à son père de le reconnaître et de lui octroyer sa part d’héritage. Monsieur Borden ne veut rien entendre.  Le jeune homme revient donc le 4 août 1892 et commet le double meurtre, avec la complicité de sa demi-soeur. Ceci vient corroborer le témoignage de Lizzie concernant la dispute entendue 2 semaines plus tôt. L’enquête d’Arnold Brown prouve effectivement l’existence d’un William Borden réputé violent et un peu fou. Mais aucune preuve formelle ne permet d’affirmer qu’il y eût lien de parenté avec le défunt. 

L’affaire Lizzie Borden continue à faire couler de l’encre et à passionner les foules: comédies musicales, écrits, films, ballets et même bandes dessinées… La maison des Borden, 92 second Street à Fall River a été redécorée à l’identique. Elle se visite, et l’on peut même passer la nuit dans la chambre ou Abby Borden a été sauvagement assassinée! 
Lizzie est devenue une figure incontournable du folklore américain: la meurtrière à la hache. Innocentée par la justice mais condamnée par l’opinion, le doute plane toujours… 

La maison Borden aujourd'hui

Epilogue

Le 1er juin 1927, Lizzie Borden est emportée par une pneumonie à l’age de 67 ans.  Le 9 juin, soit 8 jours plus tard, Emma meurt à son tour. Toutes deux sont enterrées dans le caveau familial au cimetière d’Oak Grove à Fall River. 

Emma lègue alors une grande partie de sa fortune à la protection des animaux, le reste allant à Bridget Sullivan.

1948 : Mort de Bridget Sullivan. Elle aura vécu dans la maison du crime jusqu’à la fin. Elle se serait confessée à sa sœur sur son lit de mort, déclarant qu’elle avait modifié son témoignage afin de protéger Lizzie. Malgré une presse et un public en soif de vérité qui lui envoyait des courriers «Parlez avant de mourir, vous ne risquez plus rien» elle ne dit rien. Quand le shérif vint lui proposer son aide, elle se contenta de griffonner sur un papier : «Je sais. Je ne dirai rien. Les chiens auront mon héritage. Eux seuls le méritent.»

Sa fortune est allée à la protection des animaux.

 

Lizzie Borden en quelques dates

Avant 1892

  • 25 décembre 1845 : Mariage d’Andrew Borden, 23 ans et Sarah Morse. Ils emménagent 92 Second St., Fall River, Massachusetts.  (Andrew achètera la maison en 1871). 
  • 19 juillet 1860 : Naissance de Lizzie Andrew Borden. 
  • 26 mars 1863 : Décès de Sarah Borden. 
  • 6 juin 1865 : Andrew Borden épouse en seconde noce Abby Gray, 37 ans. 
  • 1887 : Lizzie Borden arrête d’appeler sa belle-mère "Mère." 
  • 1889 : Bridget Sullivan, émigrée irlandaise, rentre au service de la famille Borden. 
  • 24 juin 1891 : Vol, en plein jour, de bijoux et d’argent liquide chez les Borden: Emma, Lizzie et Bridget sont alors présentes dans la maison. Lizzie, qui a déjà été accusée de vol à l’étalage, est tout de suite suspectée par la famille. A partir de ce moment-là, toutes les portes intérieures et extérieures de la maison sont fermées à clé.

1892

  • Avril: Lizzie parle à Hannah Gifford, horlogère de sa belle-mère et la traite de «méchante vieille femme»
  • 21 Juillet: Après un différent familial, Lizzie et Emma quittent la maison pour des «vacances». 
  • 2 Août: Toute la maisonnée se plaint de maux d’estomac. Abby suggère au  docteur Bowen qu’ils ont été empoisonnés, mais le médecin diagnostique une intoxication alimentaire. 
  • 3 août, veille du drame
  • Dans la matinée, Lizzie aurait tenté sans succès de se procurer du cyanure à la pharmacie Smith, pour nettoyer un manteau en peau de phoque.  
  • John Morse arrive dans l’après-midi pour s’installer chez les Borden.  
  • Lizzie rend visite à Alice Russell et lui confie ses inquiétudes: elle a peur d’être empoisonnée. Son père a des ennemis et elle dit avoir vu des individus louches traîner autour de la maison. « J’ai peur que quelqu’un fasse quelque chose » lui dit-elle.  
  • 4 août :  jour des meurtres
  • 6 août: Un journal local dénonce l’inaction de la police lors de l’affaire. Un service funéraire est organisé à la maison des Borden. 
  • 7 Août: Emma surprend Lizzie brûlant sa robe de velours bleu dans la cheminée de la cuisine. Elle aurait effleuré une plinthe fraîchement repeinte, tachant ainsi la robe.
  • 9 août: Une enquête est ouverte sur les meurtres d’Andrew and Abby Borden.  
  • 11 août: Lizzie est arrêtée par le lieutenant Hilliard. 
  • 12 août: Lizzie plaide “non coupable”. Elle est emprisonnée à Taunton, à 12 km au nord de Fall River. 
  • 22 et 23 août: Audition préliminaire. Le juge Blaisdell confirme que Lizzie est le suspect n°1. 
  • 31 novembre: Alice Russell témoigne de la visite de Lizzie la veille des meurtres. Lizzie est inculpée pour meurtre 2 jours plus tard. 
  • 2 décembre: Lizzie est mise en examen

Après 1892

  • 5 juin 1893: Ouverture du procès de Lizzie Borden au tribunal de New Bedford. 
  • 20 juin 1893: Verdict: “Non coupable”! 
  • 1913 : Brouille des 2 sœurs
  • 1er Juin 1927: Lizzie Borden est emportée par une pneumonie à l’age de 67 ans.  
  • 9 Juin 1927 : mort d’Emma.
  • 1948 : Mort de Bridget Sullivan. 

Œuvres faisant allusion à l’affaire

Ballets 

  • 22 avril 1948 : Fall River Legend, de Morton Gould, présenté au Metropolitan Opera à New York. Il réécrit plus tard la musique pour en faire une suite qui est la version la plus jouée. Chorégraphie d'Agnès de Mille. 
  • Octobre 2006 : Nouvelle chorégraphie de Paul Vasterling, Lizzie, présentée par le ballet de Nashville.  Fall River Legend retrouve sa noirceur, invoquant des abus sexuels comme motif des meurtres. 

BD 

  • Rick Geary: The Borden Tragedy. Premier titre de la série : A Treasury of Victorian Murder. 
  • The Lizzie Borden Quarterly (le trimestriel de Lizzie Borden) comporte une BD intitulée "Princess Maplecroft". 

Cinéma

  • Les Hommes de main (Knockaround Guys) de Brian Koppelman et David Levien (2001) 
  • Monkeybone (2001)
  • Joe Killionaire (2004)
  • Saturday the 14th Strikes Back (1988).
  • La Maison des 1000 morts de Rob Zombie
  • National Lampoon's Class Reunion (1982)  

Musique 

  • Lizzie Borden / You Can't Chop Your Poppa Up in Massachusetts (Lizzie Borden / Tu ne dois pas hacher ton papa dans le Massachusetts)  du Chad Mitchell Trio's (Michael Brown) 
  • « Oh, Mother Borden » des Dubious Brother. 
  • « She Took An Axe » de Flotsam and Jetsam 
  • Alice Cooper ( album de 1978, From the Inside) : « Inmates » (We're all Crazy).
  • La Ballade de Lizzie Borden de Melora Creager

Opéras  

  • Lizzie Borden (1965) de Jack Beeson et Lizbeth de Thomas Albert. 

Groupes de musique 

  • Un groupe féminin des années 80 s’est appelé: "Lizzie Borden and The Axes" 
  • "The Liz Borden Band's" dirigé par sa chanteuse Elizabeth Borden. 
  • Un groupe américain de glam metal : Lizzy Borden

Parc d'attractions 

  • Pour Halloween Horror Nights VI à l'Universal Resort d'Orlando en Floride, Lizzie Borden a eu droit à sa propre pièce dans la nouvelle maison hantée. La scène place les visiteurs dans la chambre à coucher des parents avec 2 cadavres coupés en morceaux. Lizzie surgit alors hors du placard avec une hache dans ses mains.

Romans

  • Lizzie Borden, de Elizabeth Engstrom – Tor Books 1981
  • Miss Lizzie (1989) et The Return of Miss Lizzie (2005) de Walter Satterthwait

Télévision 

  • The Legend of Lizzie Borden (1975), téléfilm de William Bast 

Documentaires

  • Le 23 janvier 2007 la chaîne américaine Crime & Investigation a diffusé un documentaire sur la Lizzie Borden des contes et légendes.
  • En 2004 la chaîne Discovery diffusa un documentaire intitulé "Lizzie Borden took an Axe". 

Théâtre

  • Personnage de Effie Holden, dans Nine Pine Street 
  • A Memory of Lizzie de David Foxton 
  • Blood Relations de Sharon Pollock 
  • The Testimony of Lizzie Borden d'Eric Stedman 
  • Lizzie Borden's Tempest de Brendan Byrnes 

Comédies musicales

  • Lizzie Borden: The Musical, livret de Christopher McGovern, paroles de Christopher McGovern et Amy Powers, musique de Christopher McGovern 
  • Lizzie Borden: a Rock & Roll Road Show, de Tim Maner et Steven Cheslik-DeMeyer, créé par la Tiny Mythic Theater Company.

Bibliographie de l’affaire

  • Lizzie Borden: The Legend, the Truth, the Final Chapter. 
    Arnold R Brown. 
    Nashville, TN: Rutledge Hill Press, 1991
  • Lizzie Borden: A Dance of Death. 
    Agnes de Mille. 
    Boston: Little, Brown and Co., 1968
  • Forty Whacks: New Evidence in the Life and Legend of Lizzie Borden. 
    David Kent. 
    Yankee Books, 1992
  • The Lizzie Borden Sourcebook. 
    David Kent. 
    Boston: Branden Publishing Company, 1992
  • A Private Disgrace: Lizzie Borden by Daylight.
    Victoria Lincoln. 
    NY: G.P. Putnam’s Sons, 1967
  • Lizzie Didn’t Do It!
    William L. Masterton. 
    Boston: Branden Publishing Company
  • Lizzie: The Story of Lizzie Borden.
    Frank Spiering. 
    Dorset Press, 1991
  • Goodbye Lizzie Borden. Brattleboro.
    Robert Sullivan. 
    VT: Stephen Greene Press, 1974

Étiquettes: Lizzie Borden   Grandes affaires criminelles   Dossiers