Malcolm X

Né en 1925, Malcolm Little, devient en 1953 à sa sortie de prison Malcolm X et le porte-parole de «Nation of Islam» (NOI) sous l’égide de son mentor Elijah Muhammad. Célèbre prêcheur musulman afro-américain et courageux défenseur des droits civiques des noirs, Malcolm X prône avec violence le nationalisme noir, le séparatisme et la lutte absolue contre les blancs, ce qui lui vaut pas mal de détracteurs. Orateur talentueux, populaire auprès des médias, il finit par se brouiller avec Elijah Muhammad auquel il fait de l’ombre. Il est finalement abattu en 1965 par 3 membres de NOI lors d’un meeting à New-York.

Son père, Earl Little, est un prêcheur baptiste qui refuse l’intégration des noirs et fait partie de l’association universelle d’amélioration de la condition des noirs. Avec un père militant, 4 oncles assassinés, dont un lynché par des blancs, une mère métisse, Louise, qui déteste son teint clair hérité d’un viol, l’incendie de la ferme de ses parents et les menaces du KKK qui obligent la famille à fuir Omaha, la ville où il est né, Malcolm Little développe une conscience politique et raciale précoce.

En 1931, la famille Little installée à Lansing dans le Michigan qui compte 70000 membres du KKK voit Earl disparaître dans un très suspect accident de tramway, vraisemblablement assassiné par les Black Legions. Arguant d’un suicide, l’assurance prive cependant Louise du soutien financier nécessaire pour élever ses 8 enfants dans les années de crise de 1929. Suite à une violente dépression, elle est internée pour paranoia en hôpital psychiatrique et ses enfants sont dispersés.

Malcolm Little

Malcolm est envoyé dans une communauté blanche à environ 15 km où il est l’un des rares noirs de l’école. Il se montre très bon élève mais quand un de ses professeurs décourage son ambition d’être avocat par un «ce n’est pas un objectif réaliste pour un nègre», il se désintéresse des études pour des petits boulots. Il est placé de foyers en foyers avant de rejoindre à 16 ans sa demi-sœur à Boston où il intègre la pègre locale. En 1943, il devient escroc à la petite semaine à Harlem, traînant dans les boites de nuit, revendant de la drogue, usant du racket et faisant des paris clandestins.

En 1946, chef d’un gang à Boston, il est arrêté pour un cambriolage qui lui vaut une condamnation à 8 ans de prison.

 

De la prison à "Nation of Islam"

Il met à profit son séjour en prison pour suivre des cours et s‘instruire à la bibliothèque. Il s’intéresse alors à une petite organisation d’une centaine de personnes basée à Chicago, «Nation of Islam» (NOI) qui prône une forme hétérodoxe d’Islam, le nationalisme noir et le rejet des blancs considérés comme des «diables». Il correspond de manière suivie avec son dirigeant, Elijah Poole Muhammad qui devient son mentor. Le 7 août 1952, il est libéré sur parole et intègre NOI. Comme plusieurs membres de l’organisation, il prend le nom de Malcolm X, symbolisant l’inconnu de son patronyme avant l’esclavage.

Elijah Muhammad 

En 1954, Elijah Muhammad qui a repéré son énergie et son charisme lors de conférences à travers tout le pays, le nomme ministre du 7ème temple à Harlem, le poste le plus important de la côte Est. Malcolm X, très actif,  crée un journal Muhammad speaks et devient en quelques années un représentant incontournable de NOI. En 1957, suite à un passage à tabac d’un noir par des policiers new-yorkais, il parvient, non seulement à disperser une foule compacte de black muslims déchaînés mais à obtenir des dommages et intérêts auprès de la ville de New-York.

En 1959, un reportage à la télévision sur les activités de NOI le met en avant; ses positions violentes et racistes choquent et les new-yorkais tombent des nues face à une organisation passée de 500 membres en 1952 à 30.000 membres au début des années 60. Sur un plan économique, NOI constitue un empire commercial noir avec tout un réseau d’entreprises, de restos, d’épiceries… C’est l’apogée du mouvement avec la médiatisation de Malcolm X, fer de lance le plus visible d’Elijah Muhammad auquel il commence cependant à faire de l’ombre.

 

Malcolm X, porte-parole de plus en plus dissident

Les services de police sont mobilisés pour surveiller au plus près NOI et contenir ses membres. En 1962, suite à un contrôle policier et une émeute à la mosquée de Los Angeles faisant 8 morts, dont 7 black muslims, Malcolm X réclame justice devant la justice tandis qu’Elijah Muhammad s’en remet à Allah. L’ayant convoqué, le maître fait la leçon à Malcolm X. A partir de là, les divergences vont bon train. Le point culminant des tensions est atteint après l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy en novembre 1963: Elijah Muhammad qui porte officiellement le deuil reproche à Malcolm X ses commentaires ne marquant aucun regret de la mort du Président.

Malcolm X en famille

Pour le punir, Elijah Muhammad interdit à Malcolm X toute déclaration publique pendant 3 mois. Puis en 1964, la lutte d’influence entre les 2 hommes s’incarne dans la conversion à NOI du boxeur Cassius Clay, dit Muhammad Ali. En privé, la confiance est entamée d’autant que Malcolm X a découvert que son mentor a eu 8 enfants avec 6 de ses jeunes secrétaires, ce qui le choque profondément. Il se sent désormais plus défenseur des droits civiques des noirs que fidèle d’Elijah Muhammad.

En 1964, il quitte NOI.

 

Les conséquences de sa rupture avec Elijah Muhammad

Il fonde alors en mars 1964 «the muslim mosque incorporated» et se convertit à l’Islam sunnite orthodoxe, ce qui constitue un véritable défi à l’autorité d’Elijah Muhammad. Sa popularité auprès des médias ne se dément pas et après un pèlerinage à la Mecque et des visites officielles en Afrique, il rentre en prônant le rejet du racisme, l’union complète des noirs et l’intégration des black muslims dans son organisation pour l’unité afro-américaine, ce qui le fait considérer comme un traître au sein de NOI.

Malcolm X

Sa popularité entretient en outre les jalousies et les tensions montent, NOI entamant même une procédure d’expulsion de Malcolm X de sa maison. Ce dernier dévoile alors au public la conduite inconvenante d’Elijah Muhammad avec ses secrétaires, sous-estimant les conséquences de ses graves accusations envers «le messager de Dieu» auquel les membres de l’organisation restent très attachés. Il se met alors en grand danger, ce dont témoigne un attentat à la bombe raté contre sa maison mi-février 1965 où il se trouve avec sa femme enceinte et ses filles.

Le 21 février 1965, à l’occasion d’un discours qu’il doit prononcer devant 400 personnes à New-York, il est finalement abattu par 3 black muslims installé au 1er rang.

NOI et son chef déclinent naturellement toute participation à l’attentat.

 

Malcolm X en quelques dates

  • 19 mai 1925: naissance à Omaha (Nebraska)
  • 1928: déménagement de la famille de Milwaukee à Lansing (Michigan)
  • 1931: décès suspect du père
  • 1939: mère internée en hôpital psychiatrique
  • 1941: Boston où il vit avec sa demi-sœur Ella Collins
  • 1942-1943: délinquant àHarlem
  • 1946: condamné pour cambriolage à 8-10 ans de prison
  • 1952: libéré sur parole –Intègre le mouvement «Nation of Islam»
  • 1953: change son nom pour Malcolm X
  • 1954: prêcheur du temple n°7 de NOI
  • 1958: mariage avec Sœur Betty X
  • 1962: Emeute à la mosquée de Los Angeles – dissensions avec Elijah Muhammad
  • 1963: assassinat de John Fitzgerald Kennedy – accroissement des tensions avec NOI
  • 1964: rupture avec Nation of Islam – Fonde «Muslim mosque incorporated» - Pèlerinage à la Mecque
  • 21 février 1965: tué par 3 membres de Nation of Islam

Bibliographie et filmographie

Bibliographie:

  • Malcolm X et Alex Haley - «Autobiographie de Malcolm X»
    Editions Press Pocket
    1999
     
  • Malcolm X et G. Breitman - «Le pouvoir noir»
    Editions la Découverte
    2002
     
  • F. Steiger et S. Molla - «Malcolm : les 3 dimensions d’une révolution inachevée»
    Editions L’Harmattan
    2003
     
  • D. de Roulet «Malcolm X, par tous les moyens nécessaires»
    Editions Desmaret
    2004

Filmographie :

  • «Malcolm X» de Spike Lee,
    1992
     
  • «Ali» de Michael Mann,
    ​​​​​​​2002