Marilyn Monroe

Sex-symbol adulé et actrice consacrée, Marilyn Monroe continue de fasciner 50 ans après sa mort. Entre grandeur et décadence, la jeune femme aura toujours été coincée entre sa beauté, son talent, et une vie privée chaotique. Alcool, médicaments et dépression auront eu raison de la star, qui s’est éteinte à 36 ans à peine. Pourtant les circonstances restent mystérieuses! Suicide? Assassinat ? Les théories se mêlent à la version officielle de la fin de la vie tumultueuse de Marilyn Monroe.

En 1960, si sa popularité est à son comble, Marilyn est gravement dépressive. Et les choses ne font qu’empirer. Si bien que le 5 aout 1962, à 4h25 du matin, le sergent Jack Clemmons reçoit un appel du docteur Engelberg, médecin personnel de la star, disant «Marilyn Monroe est morte, elle s’est suicidée».

Après enquête, le légiste notera effectivement sur son rapport: «suicide probable». 

 

L’enquête

Quand le sergent Clemmons arrive sur les lieux, le corps de Marilyn est couvert d’un drap. Le Dr Engelberg lui montre un flacon de Nembutal vide. Elle en a avalée tout le contenu. Marilyn est allongée sur le ventre, sur son lit, les jambes droites, les bras le long du corps, la tête dans un oreiller. Le sergent, qui a déjà constaté plusieurs suicides, sait que, contrairement à ce que l’on croit, un suicide aux somnifères est très douloureux. Le corps est prit de convulsions, de vomissements et meurt dans une posture très tourmentée. Il cherche alors à savoir si le corps de Marilyn a été déplacé, si il a été tenté de la réanimer. Le Dr Engelberg dit ne pas avoir bougé le corps, et n’avoir rien tenté à son arrivée trop tardive, vers 00h30.

Le corps de Marilyn

Mais pourquoi avoir attendu 4h pour prévenir la police? Le Dr Engelberg explique qu’il a fallu attendre l’accord du service de publicité de la 20th Century Fox, avec qui l’actrice était en contrat. Comment les médecins et la gouvernante sont-ils entrés dans la chambre fermées de l’intérieur? Le Dr Greenson dit avoir brisé la fenêtre avec un tisonnier. Mais tout ça ne colle pas pour le sergent Clemmons. Pourquoi n’a-t-il pas trouvé de débris de verre à l’intérieur de la chambre, mais seulement à l’extérieur? De plus, il est persuadé que le corps a été déplacé. Pendant les 4 heures où les deux médecins ont attendu l’accord pour prévenir la police, ils auraient bavardé. Mais de quoi?

 

Une autopsie douteuse

L’autopsie du corps de Marilyn pose également quelques problèmes. En premier lieu, le corps ne faillit ne jamais arriver à la morgue, car il a été inexplicablement directement dirigé vers les pompes funèbres, sans comment ni pourquoi. En deuxième lieu, le corps de Marylin Monroe fut confié à un jeune légiste adjoint. Pourquoi pas le légiste en chef? Car, selon un employé de la morgue, le coroner du comté, qui ne prend jamais part à une autopsie, a supervisé tout le travail du jeune médecin, ce qu’il n’aurait pu faire face à un légiste plus expérimenté. Bien sur, la présence de cet homme n’est pas consignée dans le rapport.

Comprimés de Nébutal

En premier lieu, les légistes ont cherché des traces d’injections. Le rapport mentionne: «aucunes traces de piqûres». Pourtant, le Dr Engelberg déclare avoir injecté des tranquillisants à sa patiente la veille de sa mort. Au moins les légistes auraient-ils dû remarquer cela. Aussi, selon les divers examens, il est évident pour eux que le corps à été déplacé dans les 4 heures qui ont suivi la mort de Marilyn. Mais cet élément n’est pas consigné comme tel et la découverte passe à la trappe.

De même, un employé de la morgue déclarera que le corps de Marilyn Monroe était couvert de plusieurs ecchymoses. Mais le rapport n’en mentionnera que deux, bien sur anodins. Enfin, les comprimés qui auraient tué la star sont introuvables aussi bien dans l’estomac que dans le tube digestif. Alors où sont-ils?

Il est claire que la version officielle de la mort de Marilyn Monroe ne tient pas face à l’étude de l’autopsie.

Certificat de décès de Marilyn

​​​​​​​

De nouveaux témoignages

Mais dans ce cas, que c’est-il vraiment passé? Plusieurs années après la mort de la star, plusieurs témoignages ont apparu.

Celui, notamment, d’un ambulancier, James Hall. La nuit du 4 août 1962, il dit avoir été appelé en urgence chez Marilyn Monroe. A son arrivée, il est accueilli par l’ami et agent de la star, Pat Newcomb, qui le conduit, paniqué, au chevet de Marilyn qui gît sur son lit. Les ambulanciers prennent alors le corps de la jeune femme et l’allongent sur le sol pour une séance de réanimation. Alors que les ambulanciers étaient sur le point de la stabiliser et d’aller chercher le brancard pour la transporter à l’hôpital, le Dr Greenson les interrompt. Il les force à continuer le bouche-à-bouche pour que l’actrice puisse respirer sans assistance. L’entreprise est un échec. Grennson tente alors une injection intracardiaque d’adrénaline, il heurte une côte, mais insiste. Le cœur de la patiente s’arrête et ne repartira jamais.

Robert Kennedy

Un autre témoignage fait surface après celui de Hall. Il s’agit de Norman Jefferies, qui s’occupait de quelques travaux dans la maison de Marilyn Monroe. Non seulement il confirme les dires de James Hall, mais éclaire des éléments de la journée du 4 aout 1962. Dans l’après-midi, l’actrice a reçu la visite Robert Kennedy. La rencontre fut violente. Toujours selon Jefferies, Robert Kennedy est revenu chez Marilyn vers 21h30. Il est alors ordonné à l’employé ainsi qu’à la gouvernante de déguerpir et de ne jamais parler cette visite. Une demie heure plus tard les deux employés découvrent Marilyn nue, inconsciente sur le divan. Une ambulance, le Dr Greenson et le Dr Engelberg sont immédiatement prévenus.

 

Une théorie jamais vérifiée

Ce dernier témoignage porte à  croire que Marilyn Monroe ait été assassinée par Robert Kennedy, frère de John Fitzgerald Kennedy, président en exercice à l’époque. Mais alors, quel est le mobile?

Marilyn Monroe entretient des relations amoureuses avec les deux frères Kennedy, et si l’information reste secrète, des rumeurs à ce sujets commence à se faire insistantes. John et Robert mettent alors fin à leurs relations avec l’actrice. Mais elle devient hystérique et ne supporte pas d’être rejetée de la sorte. Elle harcèle les deux hommes à la Maison Blanche, à leurs domiciles, menace leurs mariages et leurs images publiques.

JFK et Marilyn

Mais plus encore, tout porte à croire que l’actrice en sait trop sur les divers agissements du clans Kennedy. Rapports avec la mafia, secrets d’états, activités frauduleuses: Marilyn Monroe est une véritable bombe à retardement. L’alcool et les médicaments lui faisant souvent faire n’importe quoi, elle devient vraiment trop dangereuse pour les deux hommes.

Mais justement, c’est précisément l’alcool et les médicaments qui vont les aider. Vu ses dépendances et sa dépression, personne n’aura de mal à croire à un abus de trop, un mélange malheureux ou tout simplement une véritable envie d’en finir de la part de la jeune femme.

Bien sur, cette théorie n’a jamais pu être prouvée, et la mort de Marilyn Monroe restera un mystère. Mais cela ne concourt-il pas à conserver le mythe autour de la pin-up la plus célèbre et la plus marquante de l’histoire du 20ème siècle?

 

Marilyn Monroe en quelques dates

  • 1er juin 1926 : Naissance à Los Angeles sous le nom de Norma Jean Mortenson
  • 1937 : Adoption de Norma par un couple d’amis de sa mère, trop dépressive pour s’occuper d’elle
  • 19 juin 1942 : Mariage avec James Dougherty
  • 1944 : Début de sa carrière de mannequin et de pin up
  • 2 octobre 1946 : Divorce de James Dougherty
  • 26 juillet 1946 : Début au cinéma et prise du pseudonyme de Marilyn Monroe
  • 1950 : 1er rôle marquant dans Quand la ville dort de Jonh Houston
  • 14 janvier 1954 : Mariage avec Joe DiMaggio
  • 27 octobre 1954 : Divorce de Joe DiMaggio
  • 29 juin 1956 : Mariage avec Arthur Miller
  • 1960 : Golden Globe de la meilleur actrice pour Certains l’aime chaud d’Howard Hawks
  • 24 janvier 1961 : Divorce d’Arthur Miller
  • 1961 : Internement  volontaire en clinique psychiatrique
  • 19 mai 1962 : Marilyn chante à l’anniversaire du président John Fitzgerald Kennedy
  • 4 aout 1962 : Mort à Los Angeles

​​​​​​​
Bibliographie relative à la thèse de l'assassinat

  • Marilyn Monroe : enquête sur un assassinat de Don Wolfe,
    éditions Albin Michel,
    1998
     
  • Marilyn, le dernier secret de William Reymond,
    éditions Flammarion,
    2008
     
  • Marilyn, dernières séances de Michel Schneider,
    éditions Gallimard,
    2008
     
  • Marilyn et JFK de François Forestier,
    éditions Livre de poche,
    2008
     
  • Marilyn Monroe, l’enfer de la gloire de Frédéric Valmont et Christian Dureau,
    éditions Didier Carpentier,
    ​​​​​​​2009