Vlado Taneski

Vlado Taneski était un journaliste macédonien qui enquêtait sur des meurtres particulièrement atroces. En juin 2008 il est arrêté pour le meurtre de ces 4 femmes. Il se serait suicidé quelques jours après dans sa cellule. Mais aujourd’hui encore, sa mort et ses meurtres font polémique en Macédoine, ce pays fraichement libéré du joug de la Yougoslavie.

20 juin 2008. Vlado Taneski, journaliste localier pour Nova Makedonija, quotidien macédonien, est arrêté par la police. Il est soupçonné d’avoir assassiné sauvagement 4 femmes âgées de 50 à 75 ans. Il serait le fameux Monstre de Kicevo, monstre sur lequel il a tant écrit.

Lorsque sa femme, Vesna Taneska, lui demande, en larmes, «Que vais-je dire à nos enfants?», Vlado Taneski lui répond: «Dis-leur que je n’ai rien fait et que la vérité éclatera bientôt au grand jour».
Pourtant, quand les enquêteurs lui montrent les résultats ADN, qui prouvent qu’il a été en contact rapproché avec les victimes, il ne nie pas, ne se défend pas. Il se contente de répéter qu’il est fatigué et qu’il ne se souvient de rien.

Vlado Taneski est né en 1952, alors que la Macédoine appartenait encore à la Yougoslavie. Il a une enfance difficile. Sa mère le bat souvent et l’isole des autres enfants. Et malgré son acharnement dans les études, il n’obtient pas son diplôme de lettres de l’université d’Orhid. Il devient tout de même journaliste pour les publications de sa région.

Un travail qu’il aime par-dessus tout. «Sa nourriture spirituelle» comme il aime à dire.

Il se marie à 22 ans, avec une jeune femme au prénom de Vesna, qui lui donnera 2 fils, et s’occupe de ses parents, jusqu’à ce qu’ils décèdent, en 1990 pour son père (un suicide), en 2003 pour sa mère.

Rien ne laisse penser que ce journaliste, en quête permanente du scoop qui le fera connaître, va basculer de l’autre côté du miroir. De rapporter les faits, il en devient le principal acteur.
 

Les victimes

C’est en mai 2003 que le Monstre de Kicevo fait son apparition. Il enlève, Gorica Pavleska, une femme de ménage âgée de 70 ans. A cette époque, Nova Makedonija vient de licencier Vlado Taneski. Il se retrouve donc avec beaucoup de temps libre, et des piges à droite à gauche. Cette disparition sera le premier article de Vlado sur celui qui deviendra par la suite «le Monstre de Kicevo»

En novembre 2004, c’est au tour de Mitra Siljanoska de disparaître. Cette femme de ménage de 64 ans est retrouvée morte plusieurs mois après, violée et rouée de coups, sur un chantier.

Très vite, Vlado Taneski s’empare de l’affaire et raconte avec moult détails cette sordide histoire.

Les policiers enquêtent et arrêtent 2 marginaux qui avaient déjà été condamnés pour sévices sur vieillard. Le tribunal les condamne à la prison à perpétuité.

Pour autant, les meurtres continuent et deviennent de plus en plus violent.

[]
Sac plastique contenant un corps

On est en février 2007 quand le Monstre de Kicevo s’attaque une nouvelle fois à une femme de ménage, Ljubica Licoska, 56 ans. Elle retrouvée enveloppée dans des sacs plastiques, en morceaux, au fond d’un ravin. L’autopsie informe les autorités qu’avant de mourir cette femme a été violée.

A cette époque Vlado Taneski travaille dans une société de climatisation à Kicevo, mais propose à Nova Makedonija, qui vient de reparaître, ses services de localier. Il est donc sur les lieux du crime, et demande aux proches des victimes des détails personnels et même des photos des disparues.

Mai 2008. Wivana Temelkoska, femme de ménage de 65 ans, est la dernière victime du Monstre de Kicevo. Comme la précédente, elle a été violée, battue et découpée.

De ce meurtre, Meri Jordanosvska, dactylo à Nova Makedonija, s’en souvient. Elle a eu Vlado Taneski au téléphone, qui lui a dicté son papier. «On dirait que tu étais sur place!» lui a-t-elle lancé. Ce à quoi il a répondu: «je suis un grand professionnel. Mes enquêtes sont toujours fouillées».

Il faut dire qu’après ce dernier papier, la police a trouvé que le journaliste était tellement documenté, que cela en était troublant. En effet, il donnait des détails que seuls les enquêteurs pouvaient connaître….ou le meurtrier lui-même.
 

[]
Vlado Taneski

La fin de Taneski

Vlado Taneski a donc été arrêté le 20 juin 2008. On l’a retrouvé mort dans sa cellule 3 jours plus tard, la tête dans un seau d’eau. Malgré les rondes des surveillants et la présence de 2 co-détenus, l’administration pénitentiaire a conclu à un suicide.

Selon Le Parisien, le suicide est à exclure, vu qu’il est impossible de s’asphyxier de la sorte. De plus des traces suspectes ont été retrouvées sur sa nuque et ses épaules.

[]
Macédoine

Le journaliste est décédé. Mais les investigations continuent. Les policiers sont sûrs d’avoir confondu le meurtrier, le rédacteur était l’assassin. Son sperme ayant été retrouvé sur les 2 dernières victimes. Et les victimes étant des connaissances de sa mère, qui faisait le même travail.

Maintenant, il faut pouvoir disculper les 2 marginaux qui ont été incarcérés à tort des premiers meurtres.

 

Vlado Taneski en quelques dates

  • 1952: naissance de Vlado Taneski
  • 1974: mariage de Vlado Taneski avec Vesna Taneska
  • 1990: suicide du père de Vlado Taneski
  • 2003: mort de la mère de Taneski, Gorica Taneska
  • mai 2003: disparition de Gorica Pavleska
  • 16 novembre 2004: disparition de Mitra Simjanoska
  • 4 janvier 2005: mort probable de Mitra Simjanoska
  • 12 janvier 2005: découverte du corps de Mitra Simjanoska sur un chantier
  • février 2007: meurtre de Ljubica Licoska
  • 2007: Taneski obtient un prix du journal Nova Makedonia pour ses reportages
  • 7 mai 2008: disparition de WivanaTemelkoska
  • 20 juin 2008: arrestation de Vlado Taneski pour le meurtre de 3 femmes
  • 23 juin 2008: suicide de Vlado Taneski

Bibliographie

Le journaliste était un tueur en série 
Jean-Marc Ducos
LE Parisien
7 juillet 2008

The shocking story of the newspaper crime reporter who new too much
Helena Smith
The Guardian
24 juin 2008

Macedonian murder suspect Dead in cell
Dan Bilefsky
The New York Times
24 juin 2008

L’enquêteur était-il l’assassin ?
Sylvie Véran
Le Nouvel Observateur
2008


Étiquettes: Vlado Taneski