News /

20 ans dans le couloir de la mort : interview de Donna Doolin, la mère de Keith

Rencontre avec Donna Doolin, qui se bat au quotidien pour prouver l'innocence de son fils et obtenir sa libération.

Keith Doolin

La série documentaire 20 ans dans le couloir de la mort : Keith Doolin contre l’Etat de Californie, diffusée en exclusivité sur 13ème RUE et disponible en replay, retrace l’affaire Keith Doolin, condamné à mort en 1995. Accusé du meurtre de deux femmes et de l’agression de quatre autres, l'homme de 45 ans ne cesse de clamer son innocence. Aujourd’hui, sa date d’exécution n’a toujours pas été fixée, et deux décennies après son procès, il se bat toujours pour sa liberté

>>> Découvrez ci-dessous notre interview exclusive de Donna Doolin, la mère de Keith. 

La Californie dispose du couloir de la mort le plus peuplé des États-Unis avec plus de 700 condamnés à mort. Les exécutions, dont la dernière remonte à 2006, sont actuellement gelées en raison de litiges sur la constitutionnalité du mode d'injection létale.

Q : En Novembre 2016, les Californiens ont rejeté l'abolition de la peine capitale et ont voté en faveur de l'accélération des procédures pour l'application de la peine de mort. Après ce référendum, pensez-vous que votre fils est dans une situation d'urgence ?

Donna : Je pense qu'il y a urgence. Avec la proposition 66, ils souhaitent accélérer les exécutions et changer les procédures juridiques, ce qui n'est pas bon pour les détenus. Donc je pense qu'il y a urgence. Il y a toujours urgence quand un innocent est derrière les barreaux. Il ne devrait pas y être. L'urgence est de sortir de là, et maintenant. C'est ma théorie. J'aimerais juste que ça puisse arriver du jour au lendemain. Ils essaient de faire en sorte que ça n'arrive pas, mais on attend depuis 22 ans, vous savez ? Enfin bon, c'est un système corrompu, voilà ce que c'est.

Q : Le détective privé Jeff Gunn, qui apparaît dans le documentaire, a enquêté sur l'affaire après l'arrestation de votre fils. Est-ce qu'un détective privé enquête toujours pour trouver de nouvelles preuves pour innocenter votre fils ?

Donna : C'est une très bonne question. On enquête toujours, parce qu'on apprend toujours de nouvelles choses. En général, les nouvelles informations que nous recevons prouvent que Keith est innocent. Jeff Gunn a joué un rôle vraiment important dans l'affaire lorsqu'il enquêtait, ce qui n'a malheureusement pas duré longtemps à cause des finances de l'avocat de Keith [Rudy Petilla, le premier avocat de Keith, avait des dettes de jeu]. On a apprécié son énergie et le temps qu'il a consacré à l'affaire. Nous avons des informations d'un avocat, qui représentait une autre détenue [Josefina Saldana], et qui pense que Keith est innocent. Il a le matériel et ce qu'il faut pour le prouver, mais il ne peut pas nous le remettre à cause d'un conflit d'intérêt vis-à-vis de sa cliente décédée. 

Q : Robert Bryan et Pamala Sayasane, les avocats actuels de Keith, ont rempli deux requêtes pour un nouveau procès en 2011 et 2016, qui ont été refusées. Pensez-vous que le tribunal acceptera un jour d'accorder un nouveau procès à votre fils ? Êtes-vous toujours optimiste à ce sujet ?

Donna : Vous savez, j'ai envie d'être optimiste, et mon coeur me dit que j'ai besoin de l'être, mais la Cour suprême de Californie traîne les pieds, surtout quand quelqu'un est innocent. Ils ne veulent simplement pas que cette personne soit libérée. [...] Je suis une personne âgée, dans ses vieux jours, et je veux le voir libéré avant ma mort. Je veux le voir vivre et profiter de sa liberté, et contribuer à la société de manière positive. Donc j'espère, je suis pleine d'espoir. J'aimerais juste pouvoir tirer des ficelles pour que ça arrive du jour au lendemain. 

Q : Depuis l'arrestation de Keith, il y a eu de nombreux développements inattendus dans l'affaire et concernant la manière dont son procès a été mené : son premier avocat a été accusé de fraude ; David Mugridge, un avocat qui détient des informations pouvant innocenter Keith, n'a pas été autorisé par la Cour à les révéler. Faites-vous toujours confiance au système judiciaire américain ? 

Donna : C'est une excellente question, parce qu'avant notre incident avec le système judiciaire et la manière dont le gouvernement dirige les choses, je n'y avais jamais réfléchi à deux fois. Les choses étaient telles qu'elles étaient. Je marchais parfois au milieu de la route et c'était tout. J'ai toutefois appris depuis que notre système judiciaire n'est pas juste. Il est injuste, non seulement dans le cas de Keith, mais également pour d'autres affaires. Je ne fais pas confiance au système judiciaire, ni au système juridique. J'ai découvert que je ne peux pas avoir foi en eux. Ce qui me dérange le plus, c'est qu'ils ne suivent même pas leurs propres lois. Ils ont peut-être des règles ou des procédures à suivre dans un tribunal, mais ils ne les suivent pas, ils font juste ce qu'ils veulent, ce qui me rend folle !

Q : Parlons un peu de vous et de comment cette affaire a changé votre vie. Comment réussissez-vous à tenir le coup en tant que mère ?

Donna : Ma vie a changé en un instant. Je n'avais jamais eu affaire à la loi ou au système judiciaire traditionnel avant ça. Je ne savais pas ce qui venait de me heurter avant que ça ne commence. J'étais en état de choc pendant le procès, mais juste après, j'ai étudié pendant trois ans dans une école de droit, et j'ai ouvert ma propre entreprise en tant qu'assistante juridique. Ça m'a beaucoup aidé à m'impliquer et à comprendre l'aspect procédural des documents. [...] En tant que mère qui veut aller de l'avant chaque jour tout en sachant que Keith est innocent mais demeure toujours dans le couloir de la mort en Californie, c'est difficile. Parfois ça vous fatigue, et vous ne savez même pas pourquoi vous êtes si fatigué. [...] Ça a probablement changé qui je suis. Pas probablement en fait, ça a changé qui je suis !

Q : Vous êtes une membre active de plusieurs associations comme Amnesty International et The Journey of Hope. Est-ce un moyen de sensibiliser les gens et de montrer une forme de soutien aux autres détenus et familles ?

Donna : J'ai dû former un nouveau groupe de soutien, et ces différentes organisations ont été une manière de le faire. Nous sommes bien évidemment contre la peine de mort, et nous souhaitons éduquer les gens sur la peine de mort et leur expliquer que ce n'est pas la réponse à un crime. Ce n'est pas oeil pour oeil, et dent pour dent. Ce n'est pas comme ça. Et la plupart du temps, le procureur dit aux familles des victimes qu'une fois la personne exécutée, elles seront soulagées et n'auront plus à y penser, mais ce n'est pas vrai. En réalité, je n'ai jamais rencontré personne qui fasse partie de la famille d'une victime et qui ait déclaré se sentir mieux après l'exécution. Souvent ils se sentent encore plus mal. 

Q : Le documentaire Making a Murderer produit par Netflix a été énormément médiatisé, et pourtant le détenu Steven Avery est toujours en prison. Pensez-vous que 20 ans dans le couloir de la mort va aider Keith ou changer l'avis de la Cour concernant un nouveau procès ?

Donna : Je pense et j'espère, non seulement pour Keith, mais aussi pour d'autres détenus, qui sont innocents et dans le couloir de la mort, ou d'autres innocents peu importe leur crime, que ce documentaire mettra en lumière l'injustice du système judiciaire ici aux États-Unis. J'ai espoir que quelqu'un sera encouragé à dire "La Californie, écoute-moi bien, il faut que tu fasses quelque chose à ce sujet !" Oui, j'ai vraiment espoir.

> La bande-annonce de 20 ans dans le couloir de la mort

Pour connaître les rediffusions, cliquez ici.

 

 

Image : © Pernel Media


Étiquettes: 20 ans dans le couloir de la mort   Keith Doolin   Donna Doolin  


Commentaires