News /

Le dernier des Tontons

Décès du comédien Venantino Venantini qui était le dernier des Tontons flingueurs vivant, et un acteur populaire.

Venantino Venantini

Le comédien Venantino Venantini (1930-2018) est décédé à Rome des suites des complications d'une opération du fémur, il avait 88 ans. Présent dans plus de 140 films et ceci rien que pour le cinéma, il est le comédien de second rôle par excellence, et dont la carrière fut lancée par un film qui la marquera à jamais : Les Tontons flingueurs (1963) de Georges Lautner.

Son véritable nom

Particularité patronymique remarquée, Venantino Venantini est son véritable nom, mais raccourci : Enrico Venantino Venantini.

Une carrière prolifique

Venu à Paris pour entrer aux Beaux-Arts, il joue des petits rôles pour financer ses études. Venantino Venantini a une chance : portant bien, il a ce qu'on appelle une gueule. Il poursuit sa carrière autant en Italie qu'en France. Ses trois tout premiers films —des rôles de figuration— sont éclairants sur ses débuts.

Son premier film, Un giorno in pretura (Les Gaîtés de la correctionnelle) est réalisé par Steno (Stefano Vanzina), un réalisateur prolifique et touche à-tout, en 1953. Son deuxième est pour Roger Vadim, alors en plein divorce avec Brigitte Bardot : Sait-on jamais... (1957). Son troisième est le méga peplum américain aux 11 Oscars Ben-Hur (1959)  de William Wyler. Il est un des palefreniers dans la célèbre scène de la course de chars.

Puis ça s'enchaîne. Il tourne 9 films rien que pour l'année 1971, dont La Folie des grandeurs ou l'inoubliable Êtes-vous fiancée à un marin grec ou à un pilote de ligne ? de Jean Aurel.

« Le prix s'oublie, la qualité reste »

C'est Georges Lautner avec Les Tontons flingueurs qui fait sa renommée en 1963. Suivrons avec Lautner Des pissenlits par la racinen (1963), Galia (1966), La Grande Sauterelle (1967), Il était une fois un flic (1971), Laisse aller... c'est une valse (1971), Flic ou Voyou (1979), Attention ! Une femme peut en cacher une autre (1983) et Prêcheur en eau trouble (1992), pour la télévision.

En Italie, Ettore Scola et Dino Risi ont souvent fait appel à lui, tout comme en France Gérard Oury pour notamment Le Corniaud (1965) et La Folie des grandeurs 1971). Son dernier rôle date de 2017.

Les Tontons

Il joue Pascal, le porte-flingue de de Monsieur Fernand (Lino Ventura), tous deux les héritiers de feu le Mexicain —le premier à l'artillerie et le deuxième au grisbi. Il en fait voir des vertes et des pas mûres aux Volfoni (Bernard Blier et Jean Lefebvre), qui emploient son cousin. À ce titre, il porte aussi sa part de répliques cultes :

  • À propos de la somptueuse demeure du Mexcain : « Le Mexicain l'avait achetée en viager à un procureur à la retraite. Après trois mois, l'accident bête. Une affaire ».
  • À propos de son métier :« Seulement, de nos jours, il y a de moins en moins de techniciens pour le combat à pied. L'esprit fantassin n'existe plus, c'est un tort ».
  • À propos de la psychologie : « La psychologie, y en a qu'une : défourailler le premier ! »
  • À propos de son nouveau flingue, sûrement la plus connue : « Le prix s'oublie, la qualité reste ».

Acteur populaire, comédien de seconds rôles ayant accédé à la gloire —peut être ce qu'il y a de plus rare— Venantino Venantini était revenu à ses premiers amours sur la fin de sa vie : la peinture.

 

Image : Venantino Venantini en 1966 / CC BY-SA 3.0 NL / Source : Dutch National Archives, Archives d'État des Pays-Bas / Source : Wikimedia Commons


Étiquettes: Venantino Venantini   Les Tontons flingueurs  


Commentaires