Docteur Mabuse

Génie du crime, le Docteur Mabuse est un personnage littéraire et cinématographique légendaire. Tel un véritable démon, il porte en lui tous les travers de la société, et son effet cathartique lui a permis de s’inscrire profondément dans l’imaginaire collectif. De livres en films, de 1922 à 1990, il a su faire frissonner des générations de lecteurs et de spectateurs.

Né en 1921 sous la plume de Norbert Jacques, le Docteur Mabuse commence à sévir dans un roman intitulé Dr Mabuse, le joueur. L’auteur est luxembourgeois et germanophone. Le livre sort donc en Allemagne et bénéficie d’une couverture publicitaire et médiatique qui lui assure un succès immédiat.

Le public découvre alors le Dr Mabuse: psychologue, hypnotiseur, fou dangereux et génie du crime. Ses plans? Ruiner l’économie de son pays. Pour cela, il s’improvise faux monnayeur, manipule par l’hypnose des courtiers en bourses, vole des accords commerciaux importants, se débarrasse des personnes encombrantes, cherche à faire s’écrouler la bourgeoisie nationale en lui faisant dilapider son argent… Mais comme tout grand criminel qui se respecte, il évite de se salir les mains, et préfère employer des mercenaires et obliger ses victimes par le chantage ou l’hypnose à commettre ses forfaits et les pousser à la ruine. Il entretient parallèlement son image de grand psychologue et, en véritable transformiste, sait changer son apparence en fonction de ce qu’il a besoin de projeter à son entourage.

[]
Docteur Mabuse

En 1922, le réalisateur allemand Fritz Lang adapte le roman de Norbert Jacques dans un film en deux parties, intitulées respectivement: Le Dr Mabuse et Mabuse, le joueur. Fritz Lang est déjà mondialement connu et son talent largement reconnu suite à des films comme Les trois lumières, ou La statue qui marche. Cette adaptation cinématographique est une réussite aussi bien plastique, reprenant les codes de l’expressionnisme, que narrative, avec un montage novateur, rythmé et tendu. Et son succès est mondial. Le Dr Mabuse dépasse alors les frontières allemandes, répand l’effroi partout, et s’installe définitivement dans l’imaginaire collectif.

Fritz Lang souhaitant donner une suite à son film, il convainc Norbert Jacques d’écrire un deuxième roman, poursuivant les aventures du célèbre docteur. L’auteur accepte et publie en 1932, soit dix années après le premier, un second roman intitulé Le testament du Dr Mabuse, que Fritz Lang s’empresse d’adapter. Sort en 1933 un film éponyme. Le public est encore au rendez-vous et le livre comme le film sont d’énormes succès. Une grande réussite pour ce personnage qui souhaite asservir ses congénères. 

 

Le diabolique Dr Mabuse

On sait finalement peu de choses sur le docteur. Personnage énigmatique, discret et insondable, on ne sait même pas si Mabuse est son véritable nom, tant il aime à changer d’identité selon ses besoins. Mais il y a au moins une chose de sûre le concernant: c’est un véritable méchant. Et pour l’époque, un méchant assez particulier! Contrairement à d’autres personnages diaboliques qui lui sont contemporains et semblables sur de nombreux points (comme Fantômas ou Fu Man Chu) il ne souhaite pas conquérir le monde, mais le détruire. Et la destruction, il aime ça! Tellement que cela se retourne également contre lui. Et le Dr Mabuse se fait souvent du mal, notamment en parasitant ses propres plans, les conduisant ainsi à l’échec.

Mais là où le Dr Mabuse dépasse de loin ses confrères c’est dans son immortalité! La fin de Mabuse, le joueur le voit interné dans un asile. Mais rien n’arrête le docteur, et dans le Testament du Dr Mabuse, il contrôle tout un gang mafieux depuis sa chambre d’hôpital, en manipulant par l’hypnose le directeur de l’établissement. Ses motivations? Il les explique lui-même par ces mots: "L'âme des hommes doit être effrayée jusqu'au plus profond d'elle-même par des crimes inexcusables et apparemment absurdes; car le but ultime du crime est d'instaurer le règne absolu du crime, de créer un état total d'insécurité et d'anarchie fondé sur la destruction des idéaux d'un monde condamné au naufrage. Quand les hommes envahis par la terreur du crime seront devenus fous d'épouvante et d'effroi, quand le chaos sera la loi suprême alors sera venue l'heure de l'empire du crime". Mais l’histoire se termine sur sa défaite et sa mort.

[]
Le film de Fritz Lang

Pourtant, trente ans plus tard, Fritz Lang réalise un troisième épisode intitulé Le diabolique Dr Mabuse. L’histoire se déroule à Berlin en 1960. Alors qu’une série de morts étranges terrorisent la ville, la police fait le rapprochement avec le mode opératoire du terrible docteur, pourtant disparu depuis longtemps. Il s’avère finalement que c’est un autre homme qui est à l’origine de tout cela et qui s’est approprié le style de Mabuse, jusqu’à en voler l’identité.

Qu’il soit enfermé ou enterré, le Dr Mabuse trouve toujours quelqu’un pour reprendre son rôle de criminel, son nom et ses pouvoirs. Plus qu’un simple méchant, il devient l’incarnation des maux et déviances de notre société.

 

Un docteur qui en dit long

C’est d’ailleurs une caractéristique que ni Norbert Jacques ni Fritz Lang n’ont laissée de côté, et les récits dont Mabuse est le héros sont également de vives critiques de la société. Sous couvert de polar, la première histoire assassine la bourgeoisie décadente qui s’ennuie, la toute puissance et la fragilité de l’économie capitaliste, et la bigoterie ambiante, mises en exergue par la facilité avec laquelle les gens sont prêts à croire n’importe quoi plutôt que rester dans le doute. Le testament du Dr Mabuse, quant à lui, se voit être une virulente attaque faite au nazisme qui envahit l’Allemagne de l’époque. En effet, Mabuse, devenu fou, contrôlant des gangs depuis la tranquillité de sa chambre d’hôpital, renvoie aux apparitions dans les rues de Berlin de milices privées et fascistes. Enfin, le diabolique Dr Mabuse s’en prend à une Allemagne en reconstruction après la guerre, en quête de repères moraux et sociétaux.

[]
Scène du Dr Mabuse par Fritz Lang

Avec ce troisième volet des aventures du Dr Mabuse réalisé en 1960, Fritz Lang s’affranchit du créateur du personnage, Norbert Jacques. En 1961, Mabuse s’émancipe encore, mais, cette fois-ci, de Fritz Lang. Devenu un personnage incontournable du cinéma policier, il apparaît dans une suite de films de série B, dont Le retour du Dr Mabuse, Dr Mabuse attaque Scotland Yard ou encore Dr Mabuse et le rayon de la mort. Il prend sa retraite en 1972, avant de revenir sur les écrans une dernière fois en 1990, devant la caméra du réalisateur français Claude Chabrol, dans Dr. M. .

Depuis, le Dr Mabuse se contente de hanter les esprits, en véritable démon mystique dans lequel se sont cristallisées les peurs de soixante-dix ans de cinéma.

 

Le Docteur Mabuse en quelques dates

  • 1922 : Création du personnage du Dr Mabuse par Norbert Jacques dans le roman allemand « Dr Mabuse, le joueur »
  • 1922 : Internement du Dr Mabuse en hôpital psychiatrique suite à de nombreux crimes et à la perte de sa raison
  • 1923 : Sortie de l’adaptation cinématographie de « Dr Mabuse, le joueur » réalisé par Fritz Lang
  • 1932 : Parution du « Testament du Dr Mabuse » écrit par Norbert Jacques
  • 1932 : Mort du Dr Mabuse dans sa chambre d’hôpital d’où il manipulait des gens pour mettre la ville de Berlin sans dessus dessous
  • 1933 : Sortie de l’adaptation cinématographique du « Testament du Dr Mabuse » réalisé par Fritz Lang
  • 1960 : Sortie en salle du film « Le diabolique Dr Mabuse » réalisé par Fritz Lang
  • 1960 : Un nouveau criminel reprend le travail et les méthodes du Dr Mabuse
  • 1961 : Le Dr Mabuse devient un personnage de films de série B
  • 1990 : Dernière apparition sur les écrans du Dr Mabuse dans « Dr. M. » de Claude Chabrol

Bibliographie et filmographie

Bibliographie :

  • 1922 : « Dr Mabuse, le joueur » de Norbert Jacques
  • 1932 : « Le testament du Dr Mabuse » de Norbert Jacques
     

Filmographie :

  • 1923 : « Dr Mabuse » de Fritz Lang
  • 1933 : « Le testament du Dr Mabuse » de Fritz Lang
  • 1960 : « Le diabolique Dr Mabuse » de Fritz Lang
  • 1961 : « Le retour du Dr Mabuse » de Harald Reinl
  • 1962 : « L’invisible Dr Mabuse » de Harald Reinl
  • 1962 : « Le testament du Dr Mabuse » de Werner Klinger (remake du film éponyme de Fritz Lang datant de 1933)
  • 1964 : « Mabuse attaque Scotland Yard » de Paul May
  • 1964 : « Docteur Mabuse et le rayon de la mort » d’Hugo Fregonese
  • 1972 : « La vengeance du Dr Mabuse » de Jesus Franco
  • 1990 : « Dr M. » de Claude Chabrol