News /

Festival de Beaune 2017 : Les grands vainqueurs de cette 9ème édition sont...

Qui a succédé à Man on High Heels, Desierto ou encore à Diamant Noir, grands vainqueurs de l’édition 2016 dans les différentes catégories de prix ? Retour en quelques lignes sur le palmarès de ce 9ème Festival de Beaune avec 13ème RUE, partenaire de cet évènement.

Après la Corée du Sud, au tour de l’Egypte d’être mise à l’honneur lors ce festival de Beaune ! Ainsi, succédant au palmarès à Jang Jin et son poignant Man on High Heels, grands vainqueurs de l’édition 2016, c’est le suédois Tarik Saleh qui remporte le Grand Prix du Jury de ce Festival de Beaune 2017 avec Le Caire Confidentiel, un long-métrage très critique sur la corruption en Egypte avant la révolution ayant eu lieu dans le pays en 2011. Présidé par Jean-Paul Rappeneau, le jury 2017 également composé de Valérie Donzelli, de Valeria Gollino, d’Audrey Fleurot, d’Eric Elmosnino, d’Eric Lartigau, d’Hugues Pagan et de François Levantal a donc tranché.

Plus au nord, l’Espagne, elle, remporte également un franc-succès. Nommé dans les deux compétitions (officielle et Sang Neuf), le septième art ibérique a fait carton plein en obtenant deux prix pour ses deux films en course. Ainsi, ex-aequo avec le thriller du réalisateur autrichien Stefan Ruzowitzky Cold Hell, le revenge movie la Colère d’un homme patient, premier long-métrage du metteur en scène espagnol Raúl Arévalo obtient le prix spécial du jury ainsi que le prix de la critique.

Un résultat victorieux partagé avec Que Dios nos Perdone de Rodrigo Sorogoyen. Nommé dans la compétition Sang Neuf parrainée par 13ème RUE, ce dernier semble avoir conquis le jury de la catégorie présidé par Jacques Weber (et comprenant Sveva Alviti, Zazie, Philippe Kelly et Arthur Harari) face à ses concurrents Old Stone, Wùlu, Mean DreamsThe Truth Lies in Heaven et Killer Ground. Également récompensé lors de cette 9ème édition du Festival de Beaune, The Limehouse Golem de Juan Carlos Medina est le lauréat du prix spécial Police.

Le palmarès :

Grand prix du jury :

  • Le Caire Confidentiel, de Tarik Saleh (Danemark/Suède/Allemagne, 2017)

Le Caire, quelques semaines avant la révolution égyptienne de 2011. Une chanteuse de club est assassinée dans une chambre de l’hôtel Nile Hilton. Noredin, un inspecteur de police corrompu, est chargé d’enquêter sur le meurtre. Petit à petit, il réalise que les coupables pourraient être liés à la garde rapprochée du Président. Il décide alors de changer de camp, en prenant délibérément parti en faveur des laissés-pour-compte du régime.

Remporté face à : Cold Hell (Stefan Ruzowitzky), La Colère d'un homme patient (Raúl Arévalo), Angle Mort (Nabil Ben Yadir), Strangled (Árpád Sopsits), Message From the King (Fabrice du Welz), The Limehouse Golem (Juan Carlos Medina) et War on Everyone (John Michael McDonagh)

Prix spécial du jury ex-aequo :

  • Cold Hell, de Stefan Ruzowitzky (Allemagne/Autriche), 2016

Özge, une jeune femme d’origine turque, est chauffeur de taxi le jour ; le soir, elle suit des cours et pratique la boxe thaïe. Elle n’est guère bavarde et elle s’entraîne sans relâche. Un jour, elle est témoin d’un meurtre sauvage. Le principal suspect, un tueur en série qui se réclame de l’islam, est convaincu qu’Özge l’a vu et qu'elle pourrait le reconnaître. Entre Özge et lui s'engage alors une lutte sans merci, où le tueur est prêt à tout pour la retrouver.

  • La colère d’un homme patient, de Raúl Arévalo (Espagne, 2016)

Un homme attend huit ans pour se venger d'un crime que tout le monde a oublié.

Remporté face à : Message From the King (Fabrice du Welz), Angle Mort (Nabil Ben Yadir), War on Everyone (John Michael McDonagh), Le Caire Confidentiel (Tarik Saleh), Strangled (Árpád Sopsits), et The Limehouse Golem (Juan Carlos Medina).

Prix Sang Neuf :

  • Que Dios nos Perdone, de Rodrigo Sorogoyen (Espagne, 2016)

À Madrid, durant l’été 2011. La crise économique ébranle la société et provoque la naissance du mouvement social 15-M, celui des Indignés. De surcroît, des milliers de pèlerins débarquent dans la capitale espagnole pour y accueillir le Pape. C’est dans ce contexte que les policiers Alfaro et Velarde ont pour mission d’arrêter de manière “discrète” un assassin présumé. Mais la pression exercée et la course contre la montre leur feront prendre conscience d’une terrible vérité : dans quelle mesure sont-ils si différents du criminel qu’ils poursuivent ?

Remporté face à : The Truth Lies in Heaven (Roberto Faenza), Mean Dreams (Nathan Morlando), Wùlu (Daouda Coulibaly), Old Stone (Johnny Ma) et Killing Ground (Damien Power).

Prix de la critique :

  • La colère d’un homme patient, de Raúl Arévalo (Espagne, 2016)

Un homme attend huit ans pour se venger d'un crime que tout le monde a oublié.

Remporté face à : The Limehouse Golem (Juan Carlos Medina), Cold Hell (Stefan Ruzowitzky), Message From the King (Fabrice du Welz), Le Caire Confidentiel (Tarik Saleh), Angle Mort (Nabil Ben Yadir), War on Everyone (John Michael McDonagh) et Strangled (Árpád Sopsits).

Prix spécial Police :

  • The Limehouse Golem, de Juan Carlos Medina (Royaume-Uni, 2016)

Londres, 1880. Une série de meurtres secoue le quartier malfamé de Limehouse. Selon la rumeur, ces crimes ne peuvent avoir été perpétrés que par le Golem, une créature des légendes hébraïques d’Europe centrale. Scotland Yard envoie Kildare, l’un de ses inspecteurs les plus expérimentés, pour tenter de résoudre l’affaire. Un conte gothique, d’après le bestseller de Peter Ackroyd.

Remporté face à : La Colère d'un homme patient (Raúl Arévalo), Strangled (Árpád Sopsits), Message From the King (Fabrice du Welz), Le Caire Confidentiel (Tarik Saleh), War on Everyone (John Michael McDonagh) Angle Mort (Nabil Ben Yadir) et Cold Hell (Stefan Ruzowitzky).

Pour plus d'informations sur ce Festival de Beaune 2017 et sur le palmarès de cette 9ème édition, rendez-vous sur le site officiel de l'évènement en cliquant ICI.

Image : détail de l'affiche © Festival de Beaune 2017


Étiquettes: Festival de Beaune   Beaune 2017   Tarik Saleh   Le Caire Confidentiel   Cold Hell Raul Arevalo   la Colère d'un homme patient  


Commentaires